Actualité théâtrale

Du 12 au 16 décembre 2018 puis du 23 janvier au 3 février au Lavoir Moderne Parisien

« Europa (esperanza) »

Sur une plage d’Alger deux jeunes, Nader et Djamel, 14 ans et 12 ans et demi discutent. Ils voient juste en face « l’Europe lascive Babylone ». De cette Europe ils n’ont qu’une miette, un portable, « le symbole du tout monde » mais ils rêvent de ces pays où tout serait luxe, calme et volupté. De toutes façons, là où ils sont, le choix n’est qu’entre le terrorisme et l’exil. Ils embarqueront au péril de leur vie, en compagnie d’un passeur, sur un navire de fortune, l’Esperanza, comme le font chaque année des milliers de harragas. À bord avec eux, un ingénieur, un Nigérian, un aveugle, un handicapé en chaise roulante, tous emplis d’un rêve, atteindre Lampedusa, porte de cette Europe rêvée.

Théâtre : Europa

Hovnatan Avédikian a été séduit par les textes d’Aziz Chouaki, son art de parler du réel avec humour avant de s’échapper dans la poésie. Il a tissé plusieurs textes pour faire vivre cette galerie de personnages habiles à moquer les travers de leurs compatriotes et à trouver la phrase qui fait mouche. Ses mots éveillent l’image d’Alger, qui s’étale face à la Méditerranée, avec ses rues encombrées d’ordures et ces jeunes à la langue bien pendue qui rêvent de terrasses de café et de belles femmes blondes. À la question « c’est quoi l’Europe » ? L’un répond « c’est propre, c’est civilisé » et l’autre « c’est la liberté ».

Sur scène, le sac Tati, qui abrite souvent les maigres effets de ces harragas, et une couverture. Cela suffit à Hovnatan Avédikian pour donner vie à tous ces personnages qui risquent leur vie pour vivre enfin. Il est l’adolescent qui fait l’école buissonnière sur les rochers, le jeune homme qui se terre sur le rivage en attendant d’embarquer, l’ingénieur avec ses lunettes, le passeur qui refuse de chercher celui qui est tombé à l’eau. Cela va vite, on passe d’un personnage à l’autre, de la consigne de sécurité aux querelles et aux rêves d’Europe. Il parle, il danse, il est notre guide dans ce voyage et il est formidable ! Il est accompagné par Vasken Solakian, un musicien habitué à accompagner des chanteurs comme Dutronc ou Sapho, formé à la musique africaine, juive et arabe, qui joue ici du bouzouki. Ils se répondent, se relancent, le musicien devient le poète aveugle, l’aède qui accompagne Ulysse dans cette Odyssée de notre temps.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 19h, le dimanche à 17h

Lavoir Moderne Parisien

35 rue Léon, 75018

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 06 08 05

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)