Actualité théâtrale

au Théâtre 14

"Eurydice" Jusqu’au 26 février

Parmi la cinquantaine de pièces écrites par Anouilh, Eurydice qui s’inscrit dans le groupe des pièces noires, a été assez peu jouée, peut-être en raison du fait qu’elle comporte quinze personnages. On y retrouve les thèmes chers à Anouilh, l’idéal des amours de jeunesse, le temps qui use l’amour, l’affrontement des héros avec les gens ordinaires et l’issue que représente la mort.

C’est une adaptation très libre du mythe d’Orphée et Eurydice que propose Anouilh. Orphée est un jeune violoniste qui joue de la musique aux terrasses des cafés avec son père, Eurydice une jeune comédienne en tournée avec sa mère. Ils se rencontrent au buffet d’une gare, lieu parfait des rencontres et des séparations et décident de fuir leur famille si pesante, si engluée dans le quotidien, pour vivre leur amour.

JPEG - 15.8 ko
Photo Lot

Dans un décor intemporel, la mise en scène très classique (Jean-Laurent Cochet et Sam Richet) renvoie au monde du cinéma avec des musiques de films qui ponctuent les changements de scènes. Elle offre toute leur place aux dialogues brillants et percutants si caractéristiques des pièces de Jean Anouilh. C’est parfois un peu facile - « Comment peut-on encore aimer la musique quand on est musicien ? » -, mais l’auteur excelle dans le mélange de drame et de comédie, dans l’alternance de noirceur, de méchanceté et d’ironie. La pièce offre aux acteurs de beaux moments de bravoure. Chez Anouilh, la famille est un désastre, les jeunes sont dévorés par les adultes mesquins, égoïstes et auto-satisfaits. Ils doivent se battre pour refuser une vie faite de compromissions et de mesquineries. Norah Lehembre est une Eurydice complexe, qui cache des douleurs et des ombres, mais qui est prête à tout lâcher par amour. La scène où Eurydice essaie de résister à la jalousie d’Orphée, dont elle sait qu’elle lui sera fatale, en lui demandant de la toucher, de la serrer contre lui est très belle. Sam Richez est moins convaincant en Orphée et c’est dommage. Vincent Simon est un M. Henri intrigant, capable des silences qui lui donnent du mystère. Est-il le Destin, la Mort, un mélange des deux ?

Mais c’est du côté des parents que la vision amère d’Anouilh se déploie avec une méchanceté réjouissante. Jean-Laurent Cochet incarne avec beaucoup de talent le père d’Orphée, uniquement préoccupé par la comparaison des différents restaurants à prix fixe des villes qu’il traverse et par l’inquiétude que son fils ne le quitte, le laissant à sa solitude et à ses échecs. Catherine Griffoni est excellente en mère d’Eurydice, ridicule sommet de narcissisme, racontant « ses tournées triomphales » et persuadée de son éternelle jeunesse. Elle ne s’inquiète que d’elle, pense avoir tout vu et connu, être le modèle du talent et écrase sa fille de son indifférence et de sa supériorité autoproclamée. Tous deux sont excellents et contribuent grandement au plaisir de cette soirée.

Micheline Rousselet

Les mardis, vendredis et samedis à 20h30, les mercredis et jeudis à 19h, le samedi à 16h
Théâtre 14
20 avenue Marc Sangnier, 75014 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 45 49 77

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)