Éditos

Examen de conscience

Le ministre de l’Éducation pratique-t-il la méthode Coué ? Interrogé dans plusieurs médias sur l’appel à la grève du 17 juin, premier jour des épreuves du bac, il répète en boucle que l’organisation des épreuves se passera bien, que le mécontentement vis-à-vis de ses réformes ne touche que quelques individus, isolés dans le million de personnels de l’Éducation nationale !
Que cette modalité d’action revête un caractère exceptionnel et témoigne d’un véritable malaise de la profession échappe au ministre, enfermé dans ses certitudes, coupé complètement des réalités, isolé dans sa tour d’ivoire. Interrogé sur les salaires des enseignants, le ministre se contente de renvoyer à des discussions – lesquelles ? – dont il ne fixe ni la date ni l’objet. Et sinon, un observatoire des rémunérations, déjà annoncé en septembre, devrait se mettre en place incessamment...
L’assurance affichée du ministre ne trompe cependant pas et la prestation sur France 2 le 5 juin a révélé un J.-M. Blanquer moins disert que d’ordinaire, fuyant les questions embarrassantes telles celles sur la mixité sociale et les inégalités, tentant de faire diversion en mettant en avant l’apport de l’éducation musicale ou du sport dans l’éducation des jeunes.
Propos surprenants quand on sait le sort réservé aux enseignements artistiques et à l’EPS dans la réforme du lycée.
Le dialogue social ne peut rester un discours incantatoire et vide de contenu. Il vous reste quelques jours, Monsieur le Ministre, pour répondre à la colère des enseignants. Le 17 juin approche.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • La grande cacophonie
    L’exercice de style du gouvernement en matière de communication est révélateur de la difficulté dans laquelle il se trouve. D’un côté, Édouard Philippe continue à vouloir afficher la plus grande fermeté,... Lire la suite (18 janvier)
  • À portée de main
    L’opinion publique soutient majoritairement un mouvement de grève que le gouvernement et certains médias s’évertuent à présenter comme la simple défense d’intérêts corporatistes. En effet, les derniers... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Provocations !
    Le discours d’Édouard Philippe soulève dans la profession une vague de colère qui ne peut que renforcer la détermination des personnels contre le projet de réforme des pensions. Tout en se réclamant du... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Frapper fort...
    Problème de pédagogie : le gouvernement s’échine à expliquer que c’est une question de méthode, fait circuler divers scénarios ; las, l’opinion publique ne s’y trompe pas et a bien compris que ce projet... Lire la suite (Novembre 2019)
  • La précarité tue
    S’immoler par le feu est un geste politique, n’en déplaise aux émissaires du gouvernement. Ils ont beau avoir bien appris leur leçon et répété en boucle leurs éléments de langage, ils n’ont aucune... Lire la suite (Novembre 2019)