Actualité théâtrale

« Fabrice Luchini et moi » Jusqu’au 3 juin au Théâtre La Bruyère

C’est « une histoire vraie qui n’a jamais existé » que nous conte Olivier Sauton, celle d’un jeune homme qui voudrait être acteur. Une nuit sur un pont, il croise Fabrice Luchini, son idole et lui demande d’être son professeur. Surpris, celui-ci accepte, probablement dans un moment d’égarement, car qu’y a-t-il de commun entre le grand acteur amoureux de la littérature et ce jeune homme plutôt inculte et dont la lecture se résume à celle de l’Équipe ?

Théâtre : Fabrice Luchini et moi

En trois leçons, un poème de Beaudelaire, une fable de La Fontaine et la première scène du Misanthrope, la rencontre va s’opérer.

Olivier Sauton a écrit le texte, proche de phrases dont on imagine qu’elles pourraient être de Fabrice Luchini, un Luchini qui dirait à ce jeune homme « le théâtre c’est un lieu où on peut à la fois se divertir et se recueillir », un Luchini à l’humour vachard, aux formules assassines et tellement drôles. Au poème de Beaudelaire le jeune acteur dit ne rien comprendre et Luchini parle, éclaire et se moque de ce garçon qui est surtout fan de sport et de sexe, le « blaireau de base » dans le jugement luchinien. Aviez-vous imaginé la cigale de la fable en clubbeuse qui a passé tout l’été à danser sur le dance-floor à Ibiza ? Et vous entendez Fabrice Luchini faire résonner chaque syllabe et dire « Avec les grands auteurs, même les silences tu peux les jouer »

Sur scène, Olivier Sauton passe d’un personnage à l’autre et réussit le petit miracle d’imiter Fabrice Luchini sans le caricaturer. S’il reprend certains des tics de l’acteur, sa façon d’écarquiller les yeux quand il est surpris par la bêtise ou la naïveté de son élève, sa façon de lever le menton, de mettre ses mains devant sa bouche quand il s’interroge, ses emportements, sa façon d’articuler avec une précision extrême, on sent pourtant toute son admiration pour Luchini. Il offre même au spectateur la réaction de Fabrice Luchini lorsqu’il est venu voir le spectacle, un Luchini troublé de se sentir brusquement dédoublé.

C’est un bel hommage au théâtre, au métier de comédien et en prime on rit beaucoup.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 19h

Théâtre La Bruyère

5 rue La Bruyère, 75009 Paris

Réservations : 01 48 74 76 99

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)