Autour du Jazz

Facettes de Pierre Millet. « Ana Kap », Decocq/Millet/Trotoux ; « the king and the queen of a senior citizens dance », S’il te plait madame

Pierre Millet, pour ceux et celles qui l’ignoraient encore, est trompettiste, cornettiste, bugliste mais aussi amateur de jouets auxquels il ne sait pas résister à partir du moment où ils sont créateurs de sons, tout en sachant se servir, à bon et à mauvais escient, de platines vinyle pour agrémenter ses compositions en jouant des références troubles et troublées.

L’an dernier, à cette même époque – je ne l’ai pas chroniqué pour une raison indéterminée, le CD est resté enfermé sous d’autres – il sortait un album « Ana Kap », en trio. Un drôle de trio, un de ceux qui ne fait pas penser à un trio. Son cornet s’associait à un violon, Manuel Decocq et à un accordéon, Jean-Michel Trotoux pour une musique dont les racines se trouvent du côté de l’expressionnisme allemand de ces années 1920, de Hans Eisler plus que Kurt Weil. Une musique qui permet de se retrouver dans un de ces cafés à Vienne pour croiser Freud ou Stefan Zweig écrivant « Le chef d’orchestre » en l’honneur de Gustav Mahler – son ombre flotte aussi sur cette musique – ou d’autres, fantômes d’une culture en train de sombrer.
jazz : Pierre Millet
Ce trio fait voyager pour visiter un peu la musique tzigane, celle des Balkans, des musiques faites pour la danse, la réflexion, la mélancolie, une joie de vivre mâtinée des malheurs d’un monde qui n’en manque pas. L’évocation des fables d’un dénommé La Fontaine conforte ces sensations. Elles ne sont pas là que pour la décoration ou démontrer que la culture c’est comme la confiture moins on en a plus on l’étale... Faites donc un détour par cet album étrange mais pas étranger...

Un an plus tard, soit maintenant (avril 2015), changement de groupe – « S’il te plaît madame » est-ce vraiment un nom de groupe ? - et d’atmosphère, pour faire référence à Arletty dans « Hôtel du Nord », pour une rencontre entre « the king and the queen of a senior citizens dance ». Le lieu reste un peu mystérieux…

Pierre laisse la place à son jumeau, contrebassiste, Mathieu – avec un seul « t », une erreur sans doute de transcription – pour des compositions pleines d’énergie et dans la lignée d’un jazz d’aujourd’hui dont les références se trouvent chez Rollins et chez Coltrane ainsi que chez les frères Brecker. Quelque chose que l’on pourrait prendre pour du « hard free jazz », sous entendu que cette musique peut faire bouger les corps mais ne se refuse pas à aller sur les terres labourées autrefois par le free jazz. Une musique qui se veut résolument de notre temps...

Un « pianoless quartet » pour donner vie à ces titres un peu tarabustés – « varicelle », « le ze », « perruques et postiches » pour aller jusqu’à « Hamlet » et « Vera Cruz » et j’en oublie pour laisser le plaisir de la découverte. Un quartet sans piano mais avec saxophone, baryton et ténor, Fabrice Theuillon (aussi compositeur) et batterie, Emmanuel Penfeunteun (aussi compositeur). Le seul à ne pas avoir composé c’est…Pierre ! Un coup de fainéantise ? Ces compositions pourtant il les fait vivre.

L’auditeur est emporté par la force des ces quatre là, par la vie qu’ils donnent à ces compositions, par les changements de climat et par l’ironie qu’ils partagent. N’hésitez pas, plongez. Cette eau là vous emportera vers la liberté, le rêve toujours renouvelé pour construire des mondes différents, des mondes qui savent renouer les fils de la mémoire, ce travail nécessaire.

Nicolas Béniès.

« Ana Kap », Decocq/Millet/Trotoux ; « the king and the queen of a senior citizens dance », S’il te plait madame, Petit label, tirage 100 exemplaires à commander www.petitlabel.com

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • 3 CD de jazz pour voyager
    Le jazz, la musique de chambre et le Brésil. Quand une violoncelliste, Audrey Podrini, rencontre un percussionniste/batteur brésilien, Zaza Desiderio, il se passe de drôles de choses et, souvent... Lire la suite (10 décembre)
  • Edward Perraud, batteur, renoue avec le concept d’album.
    Un trio bête sur le papier, piano/contrebasse/batterie, classique. Un doute dès l’intitulé du leader, plus exactement du rêveur de la musique de départ, Edward Perraud. Le batteur a voulu former ce... Lire la suite (5 décembre)
  • Reggie Washington, contrebassiste, renoue avec l’acoustique
    Cet album, nous dit Reggie Washington, vient de loin, 2012 en l’occurrence. Il a été reporté à cause de la mort du guitariste Jef Lee Johnson et de l’urgence, pour le bassiste, de rendre hommage à son... Lire la suite (3 décembre)
  • « Memphis Slim 27 mai 1961 »
    Memphis Slim ? Le nom de ce bluesman sonne tellement parisien que tout-e amateur-e de piano, de blues, de boogie woogie français semble tout connaître et avoir tout entendu de ses enregistrements... Lire la suite (30 octobre)
  • « Stan Getz 1959 »
    Janvier 1959, la Ve République fait ses premiers pas, la guerre d’Algérie se poursuit et Paris se donne des airs de capitale du jazz. Stan Getz in Town, « The Sound » en personne est à Paris. Les... Lire la suite (30 octobre)