Actualité théâtrale

Jusqu’au 3 juillet au Théâtre du Rond-Point

« Fair-Play »

Á la veille de l’Euro de foot et au lendemain de Roland Garros, le sport est partout. C’est le moment d’aller au Théâtre du Rond-Point voir du sport, tous les sports, sur scène. C’est ce que nous offre Patrice Thibaud, longtemps compagnon de route de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff, et grand admirateur de Jacques Tati. Avec Fair-Play on est plus proche de Buster Keaton et des films burlesques que des records. Pas besoin de mots, les gestes, le corps qui s’anime, tout fait sens et tout y passe, de la flamme olympique qui refuse de s’allumer à l’haltérophilie en passant par la grâce de la GRS pour laquelle Patrice Thibaud s’offre une petite perruque, qui ne peut toutefois cacher sa forte corpulence et pour les sports équestres, il est en même temps cavalier et cheval.

Sans mots, mais avec des sons, le bruit des balles de tennis, des annonces de points ou de records dans toutes les langues, si mélangées qu’on n’y comprend rien. Un peu de musique africaine, des tapes pour se débarrasser des moustiques et l’on est avec l’entraîneur qui va recruter avec brutalité de futurs talents.

Théâtre : Fair Play

Philippe Leygnac, lui aussi ancien compagnon de route de Jérôme Deschamps, est le musicien. Il a composé la partition et joue du piano, de la trompette, un instrument de musique africain. C’est lui qui joue l’hymne américain pour le champion sur le podium et le blues accompagnant la mélancolie du vieux boxeur. Filiforme et plutôt petit il est le complice idéal pour le grand et corpulent Patrice Thibaud. Leur présence côte à côte suscite déjà le rire. Aussi souple et agile que son partenaire, il a une présence étonnante. Il faut le voir arriver accroché sous le piano et pratiquant l’escalade horizontale pour atteindre son tabouret ou assis, les bras ballants, sur le banc de touche.

Avec eux, on entre, comme dans un film muet, dans le monde des sportifs de petit niveau avec ses espoirs, ses échecs, ses états d’âme et l’on rit beaucoup.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 18h30, relâches les lundis et le 12 juin

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)