Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Alain Gomis (France)

"Félicité" Sortie en salles le 29 mars 2017

Félicité n’était pas destinée à porter ce prénom. Elle a été « rebaptisée » par ses parents, le jour où, alors qu’elle était frappée par une maladie qui avait toutes les raisons de lui être fatale, elle est revenue presque miraculeusement à la vie.
culture/cinéma
Félicité, femme libre et fière, se produit comme chanteuse, le soir, dans un bar de Kinshasa.
Mais sa vie bascule le jour où son fils de quatorze ans, victime d’un accident de moto, est menacé de l’amputation d’une jambe s’il n’est pas opéré dans des délais brefs. Or, l’opération qu’il doit subir coûte cher et Félicité n’a pas le premier sou pour faire face à la facture de l’hôpital.
Pour sauver son fils, Félicité se lance dans une course effrénée à travers les rues, les quartiers d’une ville où la misère se dispute au bruit et à la confusion dans un monde de musique et de rêves.
Parviendra-t-elle, par sa seule détermination, en frappant à toutes les portes, à réunir la forte somme d’argent que l’hôpital lui réclame.
Au cours de ses recherches, sa route va croiser celle de Tabu, un homme simple et généreux dont elle va petit à petit, apprécier les qualités.

Alain Gomis a écrit un très beau portrait de femme que relaie magistralement Vero Tchanda Beva, une actrice qui vient du théâtre populaire de Kinshasa et dont « Félicité » est la première apparition au cinéma. La comédienne, remarquable, offre au film d’Alain Gomis, plus qu’un personnage, une personnalité. Elle fait partie de ces femmes fortes qui n’acceptent pas la compromission, qui prennent tout de plein fouet mais ne cèdent pas sous les coups.
Son film est l’histoire du retour à la vie d’un personnage dont la comédienne qui l’interprète dit qu’il est à moitié mort et à moitié vivant.

Kinshasa offre un cadre idéal pour raconter la quête humiliante à laquelle est réduite Félicité pour réunir la somme nécessaire à l’opération avec tout ce que cet exercice comporte de revers et d’humiliations. La ville offre à la fois un décor au quotidien ordinaire de cette femme et à la tragédie où elle s’élève mais dont il lui faudra affronter les contraintes.

Vero Tchanda Beva est magnifique. Les expressions sont absentes de son visage et tout, dans ses postures, dans son comportement, relève de l’impénétrable. Il peut y avoir, dans le « verrouillage » des sentiments, dans le masque qu’elle offre à voir, autant de signes de faiblesse que de signes de force, autant de puissance que de vulnérabilité. Et ce jeu dramatique intense dans ce pays qui a connu la colonisation, la dictature, la guerre, les pillages donne à l’ensemble des personnages du récit, sans structure pour les soutenir, une dimension presque mythologique.
Pour Alain Gomis, ne pas avoir la possibilité d’aimer sa vie est une des plus grandes violences qui soit et Félicité a besoin de tout perdre pour s’autoriser à rebondir, à aimer et à être aimée.

Dans les dernières minutes du film, le sourire qui s’inscrit enfin sur le visage de Félicité est une victoire pour elle et une sorte de récompense pour le spectateur.
« Félicité » est sans doute le film le plus fort et le plus abouti d’Alain Gomis.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Doubles vies »
    Alain, la quarantaine, est le directeur de la célèbre maison d’édition qui a, jusque là, publié tous les romans de son ami Léonard. L’épouse d’Alain, Selena, est l’actrice vedette d’une série télé... Lire la suite (14 janvier)
  • « Ayka »
    Ayka vient d’accoucher mais la misère économique où elle se trouve et la détresse qui en découle ne lui permettent pas de prendre en charge un enfant. Elle est sans emploi, couverte de dettes,... Lire la suite (14 janvier)
  • « An elephant sitting still »
    Au nord de la Chine, dans une ville post-industrielle où un épais brouillard semble avoir piégé ses habitants, une simple altercation entre deux lycéens dégénère et entraîne dans sa suite le destin de... Lire la suite (5 janvier)
  • « Les invisibles »
    A la suite d’une décision municipale aveugle, « L’envol », un centre d’accueil pour femmes SDF, ferme ses portes. Les travailleuses sociales ne disposent plus que de trois mois pour trouver une... Lire la suite (4 janvier)
  • « Les révoltés »
    En mai 1968, ouvriers et étudiants, toutes origines sociales confondues, entrent en lutte contre la morale et le pouvoir en place. Les facultés et les usines sont occupées, les barricades sont... Lire la suite (4 janvier)