Actualité théâtrale

Au Théâtre 13 / Seine

"Femme de chambre" Jusqu’au 24 mars

Une jeune metteure en scène, Sarah Capony, qui adapte le roman d’un jeune romancier allemand Markus Orths, c’est la très bonne surprise, couronnée "Prix Théâtre 13" cette année et déjà "Prix du Jury et Prix du public 2012", que nous offre le Théâtre 13.

Tout juste sortie d’un hôpital psychiatrique, Lynn, maladroite et naïve s’adresse à un jeune hôtelier, la seule personne qu’elle connaisse dans la ville, pour obtenir un emploi de femme de chambre dans son hôtel dont l’enseigne lumineuse brille dans la nuit, en fond de scène, avec un nom si plein de promesses, l’Eden Hôtel. Déterminée, elle fait le ménage avec une précision maniaque, allant jusqu’à nettoyer les chambres inoccupées, ce qui désarçonne son patron, tout comme son refus de prendre des congés. Pourtant elle est loin de n’être qu’une employée soumise à l’esprit vide. Quand elle rencontre son thérapeute (très bon et drôle Gaëtan Vassart), censé l’aider, c’est elle qui le déstabilise et fait ressortir ce qu’ont de convenus et de peu sincères les mots qui s’échangent. Un jour, elle se laisse surprendre par l’arrivée d’un client, s’allonge sous le lit et écoute... Volonté d’échapper au vide de son existence et de celle de sa mère ou désir de vivre autre chose, elle s’allongera désormais à cette place tous les mardis. Cela va-t-il transformer sa vie ?

La mise en scène et la scénographie sont une grande réussite. Dans le vide de l’existence de Lynn, il y a un lit qui s’impose très en avant sur la scène, celui qu’elle fait avec un soin maniaque, sous lequel elle s’allonge et sur lequel plus tard, elle rencontrera Chiara, une prostituée (superbe Hélène Vivies) libre et magnifique, qui lui ouvrira les portes du rêve, de la sensualité, de la désillusion aussi. Une cabine téléphonique qui s’éclaire dans le noir relie Lynn à sa mère (Coco Felgeirolles). Cette façon de la faire sortir des ténèbres souligne l’ambiguïté du lien de Lynn à sa mère, désir d’échapper à la solitude, mais aussi peur de s’enfermer encore plus dans un monde vide. Au sol de la chambre des lignes tracées à la craie semblent enfermer le personnage dans sa routine.

Toute la distribution est très soignée, mais il faut surtout saluer la performance de Sarah Capony. Elle est Lynn, la bouche entr’ouverte, apparemment banale, inclassable, de celles que l’on croise tous les jours sans les voir. Elle exprime l’obstination de cette femme qui nous entraîne dans ses expériences, ses rêves et ses obsessions, sans parvenir à échapper à la solitude. Comme le dit l’actrice, « il y a du sourire dans son désespoir et de la comédie dans sa folie ». Et c’est très beau.

Micheline Rousselet

Mardi, jeudi et samedi à 19h30, mercredi et vendredi à 20h30, dimanche à 15h30
Théâtre 13 / Seine
30 rue du Chevaleret, 75013 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 88 62 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "Détails" de Lars Norèn
    "Détails" est une pièce autobiographique constituée, comme son titre l’indique de détails, de petites choses qui appartiennent à la mémoire de l’auteur Lars Norèn ; qu’il a mises bout à bout comme une... Lire la suite (Février 2008)
  • Genèse n°2
    La saison dernière, "Oxygène" du tandem Ivan Viripaev/Galin était au programme du Théâtre de la Cité Internationale. Depuis, ce spectacle singulier qui avait séduit le public poursuit sa tournée dans... Lire la suite (Janvier 2008)
  • Buffo
    Howard Buten détestait les clowns. Ceux qu’il avait vus dans son enfance lui ayant semblés bêtes et laids. C’est pourtant dans un collège de clown, sponsorisé par Barnum, la première école du genre... Lire la suite (Janvier 2008)
  • "Jean la Chance" de Bertolt Brecht
    En 1919, à l’époque de Baal et Tambours dans la nuit, Bertolt Brecht écrit Jean la Chance adapté d’un conte que les Frères Grimm avaient intégré en 1819 à leur collection de contes populaires. On retrouve... Lire la suite (Janvier 2008)
  • "Arsène Lupin banquier"
    Arsène Lupin, s’il a inspiré de nombreux cinéastes et pas des moindres, des réalisateurs de télévision, a aussi intéressé les auteurs de livrets d’opérette. Maurice Leblanc et Francis de Croisset le font... Lire la suite (Janvier 2008)