Actualité théâtrale

Du 3 au 23 octobre à Bordeaux

« Festival Novart »

Ce festival, digne d’une grande métropole comme Bordeaux, propose dans une vingtaine de lieux, de jour comme de nuit, une trentaine de propositions alliant cirque contemporain, danse, théâtre, musique, installations. L’an prochain, Bordeaux s’alliera à Saint-Médard en Jalles pour un nouveau festival international. Mais dès cette année le festival se veut à la fois ancré dans la région et ouvert à l’international. Il offre une vitrine à une dizaine de spectacles « made in Aquitaine », d’artistes émergents ou confirmés qui ont choisi Bordeaux et sa région comme point d’ancrage, tels Catherine Marnas, Michel Schweitzer ou Opéra Pagaï. Il propose aussi une fenêtre sur le monde des Etats-Unis à la Corée - avec la Pina Bausch de Séoul (Eun-Me Anh) qui fait danser douze grands-mères aux côtés de neuf jeunes danseurs dans un joyeux tourbillon - du Canada au Bénin, d’Israël à la Grèce, avec Still Life, une création du plus célèbre chorégraphe grec, Dimitri Papaioánnou.
C’est un festival de haute tenue artistique, mais aussi ouvert, joyeux, ludique, un festival qui traite de sujets actuels avec la distance qui convient. On peut y voir du théâtre contemporain (Nord) ou classique mais revisité (le Lorenzaccio de Catherine Marnas), des ballets modernes (Pneuma par le Ballet National de Bordeaux dans une chorégraphie de Carolyn Carlson) et de la danse contemporaine, des concerts. On sera surpris par la proposition du collectif Opera Pagaï, qui prend l’espace public comme champ d’investigation en plongeant le public dans une fausse réalité qui l’interpelle ou par les banquets littéraires dont un à partir des Trois Mousquetaires et un à partir de Bonjour tristesse.
Enfin on peut toujours boire un verre, grignote, discuter, chanter et danser à La voiture qui tombe, le QG artistique et festif du festival.

Micheline Rousselet

Festival Novart
Programme sur www.novartbordeaux.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)