Actualité théâtrale

au Théâtre de la Cité Internationale, jusqu’au 20 décembre

"Feux" Trois pièces courtes d’August Stramm

Après avoir travaillé sur Strindberg, Sarah Kane "Anéantis" et Boulgakov "Adam et Eve", Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma nous font découvrir un auteur allemand méconnu du début du XXème siècle, August Stramm qui eut une carrière littéraire éphémère. Il fut une des victimes de la guerre 14-18 et se tint à l’écart des milieux théâtraux de son époque.
On retrouve dans ses pièces tout ce dont il fut curieux, l’influence du théâtre réaliste, du théâtre symboliste mais également de la psychanalyse alors naissante.
Sous le titre "Feux" sont regroupées trois courtes pièces"Rudimentaire", "La fiancée des Landes" et "Forces"que Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma, qui signent mise en scène, scénographie et lumières, ont choisi de monter dans l’ordre de leur écriture et qui traitent du désir, de la jalousie, de la névrose. Le mécanisme dramatique consiste à placer les personnages dans un lieu donné, à les observer, à passer au crible l’origine du conflit qui s’installe entre eux et on passe ainsi de la drôlerie
féroce"Rudimentaire" au symbolisme "La fiancée…" en passant par la cruauté implacable "Forces"

Photo Elisabeth CARECCHIO

Les mêmes comédiens interprètent les personnages des trois pièces parmi lesquels Jean-Louis Coulloc’h et Dominique Reymond.
August Stramm est né en 1874. Il renonce assez vite à des études de théologie entreprises pour rentrer dans l’administration des Postes où il assure le service postal naval sur la ligne Hambourg-New-York. Ses premiers écrits datent de 1902. Mais sa pièce "Les paysans" n’est pas jouée et il devient Inspecteur des Postes.
Il se remet à l’écriture en 1912-13, passant de la poésie à l’écriture dramatique et c’est le Directeur de la Revue Sturm qui décide de publier ses œuvres. Il est mobilisé le 2 août 1914 comme chef de Compagnie dans les Vosges. Il cesse d’écrire pendant quelques temps puis s’y remet. Lors d’une permission, il écrit "Forces" et pendant le voyage qui le ramène au Front, il écrit "Destinée". Il meurt au combat le 1er septembre 1915.
Daniel Jeanneteau est né en 1963. Ancien élève de l’Ecole du TNS, il rencontre Claude Régy dont il conçoit les scénographies pendant une quinzaine d’années avant de travailler avec Catherine Diverrès, Gérard Desarthe, Eric Lacascade, Alain Ollivier, Marcel Bozonnet ou Jean-Baptiste Sastre… Puis il s’associe à Clothilde Mollet et Hervé Pierre pour "Le gardien des troupeaux" et "Caeiro" d’après Pessoa à la Maison de la Culture du Havre et au Théâtre National de la Colline. Depuis janvier 2008, il est Directeur du Studio-Théâtre de Vitry.
Francis Dubois

Théâtre de la Cité Internationale
17 Bd Jourdan 75 014 Paris.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 13 50 50 ou www.theatredelacité.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)