Autour du Jazz

Un travail de paysan, semer le passé pour récolter l’avenir

Fincker/Touery quartet « Farm Job hokkaïdo rush »

Des musiques oubliées un temps peuvent, soudain, se trouver affublées d’une actualité. Comme une re-naissance, naissance qui est liée à un travail de fécondation avec toutes les musiques qui ont suivi. Ainsi en est-il d’un quartet mené par Keith Jarrett entre 1973 et 1977, en compagnie de Charlie Haden à la contrebasse, Paul Motian à la batterie et l’invraisemblable Dewey Redman au saxophone ténor, que label Impulse avait enregistré. Une musique actuelle de ces années étranges, faite de feux et de toutes les flammes de l’imagination, occultée par le succès public – un des albums les plus vendus au monde – du « Köln Concert » sous le label ECM. Ce quartet à la douceur violente se devait d’avoir une descendance. Il a fallu attendre.

Jazz : Fincker/Touery quartet

Aujourd’hui c’est chose faite notamment avec ce quartet Robin Fincker, saxophone ténor, clarinette, compositions/Julien Touery, piano, compositions en compagnie pour ce « Farm Job hokkaïdo rush », de Maxime Delporte, contrebasse et Fabien Duscombs, batterie. Le titre fait référence à la deuxième grande île, Hokkaido, qui compose le Japon, façon de dire que l’influence de la musique japonaise est revendiquée, qui vient féconder l’apport du quartet de Keith Jarret. Coltrane est aussi passé par-là tout autant que Miles Davis et Dave Liebman. Mais aussi la « West Coast », par l’intermédiaire de Charlie Haden, Monk toujours incontournable (« Strumming Music ») et, sans doute, beaucoup d’autres.

Tous ces apports sont digérés pour construire une musique résolument de notre temps qui ne copie pas ses ancêtres. Robin Fincker a le phrasé, le son et l’énergie pour faire vivre cette musique, Julien Touery a quelque fois du mal à se dégager de Keith Jarrett mais sa lutte de tous les instants rend sa quête crédible, Maxime Delporte a beaucoup écouté Haden qu’il n’essaie pas de mimer et Fabien Duscombs a puisé chez Motian tout en cherchant sa propre voie. On l’aura compris, ces musiciens sont aussi des arpenteurs.

Plongez-vous dans « Farm Job » pour y trouver de quoi espérer de la mémoire du futur. Et des impasses.

Nicolas Béniès

« Farm Job hokkaïdo rush », Fincker/Touery quartet, Petit Label, rens. www.petitlabel.com

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Petit voyage dans les nouveautés Jazz
    Un voyage au long cours en solitaire pour débuter cette série. Claude Tchamitchian a voulu à la fois rendre hommage à la contrebasse et à Jean-François Jenny-Clark, mort voici 20 ans qui, comme le... Lire la suite (30 juillet)
  • Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés
    La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ? Les parutions de CD... Lire la suite (10 juin)
  • Jazz sous les pommiers
    Une bonne semaine de jazz et tout est différent. Le monde s’habille des couleurs de l’arc-en-ciel avec des dominantes de bleus et de noirs, comme si la société oubliait ses blessures pour communier... Lire la suite (5 juin)
  • « Inner Roads », Hugo Corbin
    Hugo Corbin, guitariste et compositeur, a décidé, dans « Inner Roads », d’explorer ces voies sans entrées que sont les routes internes, celles fréquentées les jours et nuits où dominent le sentiment d’un... Lire la suite (22 avril)
  • « Animi », Shauli Einav
    Shauli Einav, saxophoniste israélien installé à Paris, ne veut pas perdre la mémoire d’un temps où l’avant-garde était saluée comme une nécessité vitale et participait de l’utopie de la construction d’un... Lire la suite (20 avril)