Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Stéphanie Pillonca (France)

"Fleur de tonnerre" Sortie en salles le 18 janvier 2017

Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt cinq personnes au cours de ses emplois successifs dans une vingtaine de maisons bourgeoises, en l’espace de dix huit ans.

Elle sera découverte en 1851 quand, rentrée au service de M Bidart de La Noé, professeur à la faculté de Rennes et spécialiste des affaires criminelles, elle aura, sur sa personne , tenté et raté un nouvel empoisonnement.

Elle est arrêtée, reconnue coupable et le 26 février 1852, Hélène Gegado est guillotinée sur le Champ de Mars à Rennes.

Le mystère ne sera jamais éclairci sur les raisons qui l’auront conduite à commettre ces empoisonnements.

Cinéma : Fleur de tonnerre

Dans son adaptation du livre de Jean Teulé, Stéphanie Pillonca se penche sur l’enfance de la criminelle et prend l’option d’une fillette en souffrance auprès d’une mère sans amour dans un environnement hostile et malveillant, ayant grandi dans une Bretagne hantée par les superstitions, les sortilèges et les croyances terrifiantes.

Un contexte qui risque d’avoir fait naître en elle le sentiment d’une mission obscure qui va la pousser tout au long de sa vie de servante à des paradoxes : nourrir les êtres en les empoisonnant, porter le deuil de ses victimes ou garder, comme une relique, un objet en souvenir de chacun.

Si, au cours des séquences d’exposition retraçant l’ enfance d’Hélène Gegado, Stéphanie Pillonca grossit le trait et se montre un peu trop démonstrative, elle fait preuve par la suite, avec un traitement narratif fractionné, de beaucoup plus de maîtrise.

De l’empoisonneuse, elle dresse un portrait volontairement tronqué afin que le personnage garde son mystère et secrètes, les raisons de ses forfaits.

L’Hélène Gégado de "Fleur de tonnerre " est présentée dans le film sous deux aspects très contrastés.

La jeune servante au service de familles bourgeoises ou ecclésiastiques apparaît presque angélique. Même si, amoureuse de son employeur et au nom de sa passion, elle choisit d’empoisonner sa femme. Mais, agissant presqu’hors d’elle, elle semble échapper à son état de femme criminelle et conserver une certaine pureté d’âme.

Dans les séquences où elle comparait devant le juge, la transformation est saisissante : le teint est altéré, le personnage s’est durci et telle que la montre Stephanie Pillonca, Héléne Gegado est sûre de bénéficier d’une sorte de grâce qui la tiendrait à l’abri d’ être découverte.

Certaines séquences dont celle où Monsieur Kerallic, interprété par Jean-Claude Drouot, lassé de l’existence a pressenti le projet funeste de sa servante et s’y soumet, sont particulièrement réussies.

On appréciera aussi la façon dont Stéphanie Pillonca filme la nature bretonne.Des landes caillouteuses et sauvages aux falaises dentelées, les magnifiques paysages offrent de spectaculaires et grandioses décors à l’histoire de la vie d’Héléne Gégado.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)