Actualité théâtrale

Théâtre du Fil de l’Eau de Pantin, jusqu’au 31 mai 2011

"Flogging a dead horse" par Gavin Glover de FaultyOptic

Deux étranges personnages apparaissent sur une scène encombrée d’étranges machines, le visage dissimulé derrière un masque qui fait penser à un masque à gaz. Au buste de marionnette qu’ils posent sur le devant du plateau, ils ajoutent une tête et bientôt des jambes.
L’assemblage devient une marionnette récalcitrante qu’il faut ceinturer sur un fauteuil pour l’immobiliser.
Puis, les deux personnages -sont-ils de doux rêveurs, des chercheurs fous ou de redoutables tortionnaires- s’attablent chacun à son poste, communiquent mystérieusement et semblent tenter de comprendre ce qu’ils cherchent.
Ils dialoguent par l’entremise d’improbables machines et cherchent peut-être comment l’inanimé s’anime, comment se produit la rencontre de deux neurones, comment naît une pensée, ce qui en entraîne une autre… Leurs propos, allant du coq à l’âne et qui semblent n’avoir ni queue ni tête, finissent pas s’organiser en une réflexion évidente.
Et toute la magie du spectacle est là, dans la démonstration des évidences, dans des manipulations minutieuses d’objets, dans le contenu ordinaire de mystérieuses cages suspendues, dans le regard éberlué d’un dactylographe qui rédige peut-être le résultat des recherches…
Il y a quelque chose de Samuel Becket dans le travail du créateur de la compagnie FaultyOptic, Gavin Glover, assisté ici par le comédien Philip Bosworth, dans cet univers où ceux qui nous entourent sont là sans être là, perdus au fond de leur imagination, égarés, en perdition au point de fouetter, pour tenter de lui rendre vie, un cheval mort…
"Flogging a dead horse" est un superbe et envoûtant spectacle bien loin du spectacle de marionnettes traditionnel et qui, à lui seul, pourrait faire avancer d’un pas de géant un genre qui dans les esprits, reste attaché au spectacle pour enfants.
Superbe d’intelligence et de sensualité, le spectacle, peut-être par sa provocation retenue, peut-être par son audace, renvoie aussi au merveilleux Cirque Aligre d’autrefois dont il ne reste plus, pour s’en souvenir, non pas le Bartabas qu’il est devenu, mais "La volière Dromesko".
A voir absolument dans ce lieu charmant qu’est "Le théâtre du fil de l’eau" à Pantin
Francis Dubois

Théâtre du Fil de l’Eau
20 rue Delisy 75 500 Pantin
Réservation au 01 49 15 41 70
(se réclamer du Snes et de cet article, le Théâtre étant sollicité pour le partenariat Réduc’snes)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)