Actualité théâtrale

Théâtre du Fil de l’Eau de Pantin, jusqu’au 31 mai 2011

"Flogging a dead horse" par Gavin Glover de FaultyOptic

Deux étranges personnages apparaissent sur une scène encombrée d’étranges machines, le visage dissimulé derrière un masque qui fait penser à un masque à gaz. Au buste de marionnette qu’ils posent sur le devant du plateau, ils ajoutent une tête et bientôt des jambes.
L’assemblage devient une marionnette récalcitrante qu’il faut ceinturer sur un fauteuil pour l’immobiliser.
Puis, les deux personnages -sont-ils de doux rêveurs, des chercheurs fous ou de redoutables tortionnaires- s’attablent chacun à son poste, communiquent mystérieusement et semblent tenter de comprendre ce qu’ils cherchent.
Ils dialoguent par l’entremise d’improbables machines et cherchent peut-être comment l’inanimé s’anime, comment se produit la rencontre de deux neurones, comment naît une pensée, ce qui en entraîne une autre… Leurs propos, allant du coq à l’âne et qui semblent n’avoir ni queue ni tête, finissent pas s’organiser en une réflexion évidente.
Et toute la magie du spectacle est là, dans la démonstration des évidences, dans des manipulations minutieuses d’objets, dans le contenu ordinaire de mystérieuses cages suspendues, dans le regard éberlué d’un dactylographe qui rédige peut-être le résultat des recherches…
Il y a quelque chose de Samuel Becket dans le travail du créateur de la compagnie FaultyOptic, Gavin Glover, assisté ici par le comédien Philip Bosworth, dans cet univers où ceux qui nous entourent sont là sans être là, perdus au fond de leur imagination, égarés, en perdition au point de fouetter, pour tenter de lui rendre vie, un cheval mort…
"Flogging a dead horse" est un superbe et envoûtant spectacle bien loin du spectacle de marionnettes traditionnel et qui, à lui seul, pourrait faire avancer d’un pas de géant un genre qui dans les esprits, reste attaché au spectacle pour enfants.
Superbe d’intelligence et de sensualité, le spectacle, peut-être par sa provocation retenue, peut-être par son audace, renvoie aussi au merveilleux Cirque Aligre d’autrefois dont il ne reste plus, pour s’en souvenir, non pas le Bartabas qu’il est devenu, mais "La volière Dromesko".
A voir absolument dans ce lieu charmant qu’est "Le théâtre du fil de l’eau" à Pantin
Francis Dubois

Théâtre du Fil de l’Eau
20 rue Delisy 75 500 Pantin
Réservation au 01 49 15 41 70
(se réclamer du Snes et de cet article, le Théâtre étant sollicité pour le partenariat Réduc’snes)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)