Actualité théâtrale

Au Théâtre Nanterre-Amandiers, jusqu’au 20 juin 2010

"Flowers in the mirror" d’après le roman de Li Ju Chen par l’Opéra chinois de Sichuan

"Flowers in the mirror", que Li Ju Chen écrivit en 1828, est considéré comme un grand classique de la littérature chinoise même si son écriture qui dénote une imagination débordante ne correspond pas à la tendance littéraire dominante de l’époque.
On y raconte l’histoire d’une déesse, la fée aux cent fleurs, haut fonctionnaire du royaume céleste, chargée de veiller sur toutes les espèces pour qu’elles fleurissent pendant la période appropriée. Mais un manque de vigilance de sa part provoque un dérèglement des saisons auquel succèdent des floraisons anarchiques et incontrôlables.
Sa faute la destitue de son titre de déesse. Rendue à l’état de mortelle elle est réincarnée en la fille du lettré Tang Ao et décide d’étudier, un projet peu répandu pour une femme en Chine au VIème siècle. Le récit prend alors la forme d’une satire politique et sociale qui aborde notamment le thème qui pourrait sembler anachronique de l’émancipation de la femme.

Le spectacle que propose sur le plateau de sa grande salle le Théâtre Nanterre Amandiers est captivant à plusieurs titres. D’abord parce que il fait découvrir l’Opéra de Sichuan qui travaille dans la ligne droite de la tradition mais qui, passé par un mouvement de réformes stylistiques dans les toutes premières décennies du vingtième siècle, a évolué et tend vers un type d’Opéra nouveau. Ensuite, parce que la collaboration de la troupe avec les metteurs en scène Charles et Vincent Tordjman, et l’apport de techniques nouvelles, conduisent au mélange heureux du respect des traditions mêlé avec des effets peu littéraires et contemporains : lasers, fibres optiques ou sons électroniques…
Sur les bases d’un décor réduit à quelques éléments, interviennent des lumières dont les effets créent sans jamais forcer le trait des atmosphères féeriques. Le matériau utilisé, résolument moderne, crée, à bon escient, des ruptures visuelles bienvenues.
Le texte est souvent drôle et les comédiens ou acrobates donnent par leur jeu, une dimension satirique à ce spectacle que le public- et il a bien raison- applaudit à tout rompre.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo Picasso
92 022 Nanterre cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)