Actualité théâtrale

Jusqu’au 2 juin au Théâtre du Rond-Point

« Folie » Ribes, Topor, Wagner

Dans cette douce et impertinente dinguerie, on croise une fille qui parle avec amour à un artichaut et, la vie étant incompréhensible, lui annonce qu’elle va le manger, une autre qui n’est pas névropathe, mais aime faire l’amour aux maths et pour qui le héros est le zéro. Picasso y télescope un vampire végétarien, on y découvre une chanteuse qui n’aime pas la chanson et on y apprend de délicieuses recettes cannibales comme celle de « la maman aux roses blanches » ou de « Blanche-Neige aux restes de sept nains ».

Théâtre : Folie

On reconnaît là la patte de Topor et de son complice Jean-Michel Ribes qui s’y entendaient pour s’amuser. Pour compléter le trio, Reinhardt Wagner, partenaire des deux auteurs pendant de longues années, a composé une musique insolente qu’il interprète sur scène accompagné de François Verly. Les mélodies évoquent le cabaret mais les paroles sont inattendues, explosives. Pour s’engager dans cet univers bordélique, azimuté, louftingue, frapadingue, j’en oublie et des meilleurs, trois interprètes, Alexie Ribes, la fille de Jean-Michel, Héloïse Wagner, la fille de Reinhardt et un homme David Migeot. La couleur éclate, robe plissée jaune bordée de franges roses pour la première, robe rouge et plumes roses pour la seconde comme pour un show de cabaret, mais un cabaret dingue. Elles ont le rire aux lèvres et l’œil qui frise. Pour ne pas être en reste David Migeot, vêtu d’un pantalon turquoise, demande pardon à l’alouette que l’on plume allègrement dans la chanson, sans souci du bien-être animal. Ils dansent, ils chantent, fort bien, ils débitent avec sérieux des aphorismes (« Si le crétin se fait rare, les cons ne manquent pas »). Même quand l’un tient un discours formé uniquement de sons on comprend tout et on rit beaucoup !

C’est léger comme du champagne et tout à fait impertinent. À consommer sans modération !

Micheline Rousselet

Du mardi au dimanche à 18h30. Relâche le 30 mai

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Du 6 juin au 13 juillet, à 20h30 et le dimanche à 16h

Théâtre Hébertot

78 bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris

Réservations : 01 43 87 23 23

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Iphigénie »
    Quand la France a été mise en confinement, Stéphane Braunschweig, directeur du théâtre et metteur en scène, a repensé à la tragédie de Racine, où l’armée des Grecs, en partance pour la guerre de Troie, se... Lire la suite (29 septembre)
  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)