Actualité théâtrale

Jusqu’au 2 juin au Théâtre du Rond-Point

« Folie » Ribes, Topor, Wagner

Dans cette douce et impertinente dinguerie, on croise une fille qui parle avec amour à un artichaut et, la vie étant incompréhensible, lui annonce qu’elle va le manger, une autre qui n’est pas névropathe, mais aime faire l’amour aux maths et pour qui le héros est le zéro. Picasso y télescope un vampire végétarien, on y découvre une chanteuse qui n’aime pas la chanson et on y apprend de délicieuses recettes cannibales comme celle de « la maman aux roses blanches » ou de « Blanche-Neige aux restes de sept nains ».

Théâtre : Folie

On reconnaît là la patte de Topor et de son complice Jean-Michel Ribes qui s’y entendaient pour s’amuser. Pour compléter le trio, Reinhardt Wagner, partenaire des deux auteurs pendant de longues années, a composé une musique insolente qu’il interprète sur scène accompagné de François Verly. Les mélodies évoquent le cabaret mais les paroles sont inattendues, explosives. Pour s’engager dans cet univers bordélique, azimuté, louftingue, frapadingue, j’en oublie et des meilleurs, trois interprètes, Alexie Ribes, la fille de Jean-Michel, Héloïse Wagner, la fille de Reinhardt et un homme David Migeot. La couleur éclate, robe plissée jaune bordée de franges roses pour la première, robe rouge et plumes roses pour la seconde comme pour un show de cabaret, mais un cabaret dingue. Elles ont le rire aux lèvres et l’œil qui frise. Pour ne pas être en reste David Migeot, vêtu d’un pantalon turquoise, demande pardon à l’alouette que l’on plume allègrement dans la chanson, sans souci du bien-être animal. Ils dansent, ils chantent, fort bien, ils débitent avec sérieux des aphorismes (« Si le crétin se fait rare, les cons ne manquent pas »). Même quand l’un tient un discours formé uniquement de sons on comprend tout et on rit beaucoup !

C’est léger comme du champagne et tout à fait impertinent. À consommer sans modération !

Micheline Rousselet

Du mardi au dimanche à 18h30. Relâche le 30 mai

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Du 6 juin au 13 juillet, à 20h30 et le dimanche à 16h

Théâtre Hébertot

78 bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris

Réservations : 01 43 87 23 23

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)