Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de So Yong Kim (Etats-Unis)

"For Ellen" Sortie en salles le 19 septembre 2012

Joby débute avec un certain succès une carrière de Rock-Star. Il a été marié, et de cette union est née une petite fille, Ellen. Sa vie nomade et une totale absence du sens des responsabilités ont amené son épouse à demander le divorce.

Au moment de signer les papiers qui entérinent la décision, Joby se rend compte que cette démarche risque de le couper définitivement de sa fille, qu’il ne connaît pas et qui, soudain, prend de la réalité.

Espérant rattraper le temps perdu, il entre, sans rien en savoir, dans le domaine de la paternité et des liens familiaux.

Le récit que propose So Yong Kim fait l’impasse sur ce qu’a pu être l’union du couple, de leur rencontre à la naissance de l’enfant.

Le film prend l’histoire en marche au moment d’une articulation dans la vie de Joby.

Après une longue tournée dont on ne nous dira pas si elle a été un succès ou pas, à un moment où des questions d’ordre professionnel se posent à lui, le jeune homme s’interroge encore sur sa vie conjugale passée, dont il ne semble pas mesurer l’étendue du ratage.

Mis au pied du mur, il lui faut, avec une signature au bas d’un papier, rompre avec le domaine inconnu de la paternité.

Lorsqu’il obtient l’autorisation de passer deux heures avec sa petite fille, Joby est totalement démuni. De quelle façon aborder cette "boule" de mystère qu’est un gamine de quatre ans qui considère qu’elle a déjà un père puisque c’est ainsi qu’elle appelle le nouveau compagnon de sa mère.

"Est-ce que tu aimes les glaces ?" interroge Joby. "Non" répond Ellen. "Pourquoi ?" s’enferre Joby. De questions inutiles à réponses évasives, les tête-à-tête entre le père et la petite fille ne sont que tâtonnements maladroits, tentatives avortées de rapprochement.

"Merci " tente Joby après une gentillesse d’Ellen. "Il n’y a pas de quoi." répond la fillette.

Jusqu’au moment où, après un long moment de silence, elle lâche. "Pourquoi tu n’es jamais venu me voir ?” Regret ou constat que maintenant, c’est trop tard.

Avec " For Ellen ", So Yong Kim réussit une œuvre ciselée, avec pour ce qui est de l’émotion qu’elle dégage, la complicité de ses deux magnifiques interprètes.

Paul Dano tout en désarroi et ténacité réussit une composition à fleur de peau et Shaylena Mandigo, petite actrice de 5-6 ans dont le regard se perd entre indifférence et intérêt poli sont tous deux époustouflants de vérité.

Les moments qui les réunissent sont des scènes d’anthologie et le travail de la réalisatrice, pour ces séquences, touche à l’inédit.

Un film superbe, émouvant, sans la moindre trace de la mièvrerie qui menaçait un tel sujet.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)