Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Noah Baumbach (États-Unis)

"Frances Ha" Sortie en salles le 3 juillet 2013

Frances est une jeune new-yorkaise en apparence libre comme l’air. Elle a appris la danse,

rêve de devenir chorégraphe mais reste une dilettante.

Elle prend la mesure de la fragilité du socle sur lequel elle a construit sa vie quand elle se voit refuser d’enseigner sa discipline et que sa meilleure amie avec qui elle partageait un appartement, décide de s’exiler au Japon avec son dernier compagnon en date.

A quelle branche Frances va-t-elle se raccrocher ?

De retour d’un séjour dans sa famille et d’un voyage-éclair à Paris où elle est allée pour reculer l’échéance, elle va se retrouver au pied du mur, obligée de s’engager dans une voie qui semblait ne pas lui convenir et qu’elle ne voulait, pour rien au monde, emprunter…

Noah Baumbach, le réalisateur, et Greta Gerluig, la comédienne qui interprète Frances ont co- écrit le film et leur collaboration est une vraie rencontre artistique toute en nuances, en détails significatifs et en émotion.

"Frances Ha" est à la fois une œuvre légère, aérienne et grave qui trace le portrait d’une femme de vingt-sept ans qui colle parfaitement à son époque, à la fois par sa joie de vivre, son énergie, ses questionnements, ses tâtonnements et ce désarroi dont elle semble, à chaque fois, faire son affaire..

En arrière-plan, sa maladresse, sa tendance à gaffer, ses erreurs tactiques dues à une totale absence de calculs, représentent pour elle un espace de liberté illusoire. C’est sa façon à elle de garder le contact avec une désinvolture qui la caractérise aux yeux des autres, avec laquelle elle n’a pas la possibilité de rompre si elle veut garder sa crédibilité.

Prisonnière de son personnage, Frances l’est jusque dans sa relation très privilégiée avec Sophie, sa colocataire dont elle a toujours pensé qu’elle ne lui ferait jamais défaut. Mais il en est des relations qui prennent toute la place comme des relations ponctuelles : elles sont exposées à la même précarité et Frances va en faire le difficile constat.

Le film de Noah Baumbach est une œuvre méticuleuse qui passe au crible d’une observation à la fois bienveillante et cruelle cette faune de trentenaires aisés, hésitant à s’engager mais dont le choix s’est de tout temps porté sur une activité artistique.

Ce choix s’est fait par goût mais peut-être également parce que l’artistique est un domaine dont on sait qu’il demande du temps, qu’il offre une justification au dilettantisme.

Mais l’histoire de Frances n’est pas la seule histoire d’une femme qui va aborder la trentaine sans s’être réellement engagée, c’est la peinture plus vaste d’un milieu que ses ambitions artistiques exposent à l’échec et qui ne peut pour garder la tête hors de l’eau qu’appartenir à un milieu privilégié.

Frances est à la fois un lutin et une poupée cassée que son instinct de survie bien plus que sa volonté, va positionner sur un rail intermédiaire

Le choix du noir et blanc qui vient en contrepoint d’un scénario très contemporain, donne à l’image de "Frances Ha" une sorte de patine qui sied autant à la gravité qu’à la légèreté du sujet.

Cet arrêt sur image de notre monde bancal qui trouve refuge dans un optimiste systématique est tout autant une comédie bouleversante qu’un drame rieur.

En tous les cas, c’est un film à voir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Menina »
    Luisa est une fillette d’une douzaine d’années née en France de parents portugais et qui a du mal à trouver son identité. Elle est d’une étonnante maturité. Elle porte un regard incisif sur le monde... Lire la suite (17 décembre)
  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)