Autour du Jazz

Un violon sur le gaz et...

« Freaks », Théo Ceccaldi

Théo Ceccaldi, violoniste, a fait sensation. Et il continue. Je me souviens de la première fois que je l’ai vu au festival Jazz sous les Pommiers à Coutances. J’étais sceptique. Un violoniste ! Oui mais quel violoniste. Le bruit et la fureur, la révolte, la sauvagerie de la musique. Tout ne passe pas sur le disque, bien sûr. Comme souvent. Mais il en reste quelque chose.

« Freaks » - le terme était utilisé dans les « cirques » pour désigner des personnes anormales quelle que soit l’anormalité, un film porte ce titre – convient bien à l’histoire de Amanda Dakota qui sert de fil conducteur à cette musique composée par le violoniste.

Par rapport à la scène, l’orchestre semble un peu trop « sage ». Juste une impression. Il faut entrer dans ce monde étrange en dehors de toute « normalité » qui trouble les références. Musique de cirque pour entrer dans cette histoire avec des voix féminines qui racontent émergeant de bruits violents d’un monde qui ne se connaît plus.

Jazz : « Freaks », Théo Ceccaldi

Théo Ceccaldi est issu de tout ce monde décomposé, qui mêle toutes les influences sans frontières pour construire un nouvel internationalisme qui ouvre la porte à de nouvelles directions. Il ne craint pas, dans le même mouvement, de s’attaquer à toutes les musiques établies pour les dynamiter. Un geste de salubrité publique. Au moment où les commémorations vont bon train même celle de Jacques Higelin.

N’hésitez pas, Mesdames et Messieurs, entrez, vous ne le regretterez pas comme on dit dans toutes les foires du monde.

Nicolas Béniès.

« Freaks », Théo Ceccaldi, Tricollectif, L’Autre Distribution.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • L’automne aussi propose des festivals de jazz
    La Nièvre en liesse L’automne est aussi une des saisons des festivals de jazz. Ainsi en va-t-il de « D’Jazz Nevers », pour sa 32e édition. Une semaine affûtée, du 10 au 17 novembre, avec un démarrage... Lire la suite (19 octobre)
  • A une femme libre : la baronne Nica de Koenigswarter
    Le jazz a son aristocratie construite sur le sol mouvant des reconnaissances collectives. Un Comte (Basie), un Duc (Ellington), une Impératrice (Bessie Smith), une Reine (Dinah Washington), un... Lire la suite (16 octobre)
  • Fincker/Touery quartet
    Des musiques oubliées un temps peuvent, soudain, se trouver affublées d’une actualité. Comme une re-naissance, naissance qui est liée à un travail de fécondation avec toutes les musiques qui ont suivi.... Lire la suite (30 septembre)
  • « Invitation au voyage »
    Il est des albums qui disent tout ce qu’il faut savoir sur la pochette : « The Greenwich Session by Luigi Grasso, Invitation au voyage. » Luigi Grasso est saxophoniste, arrangeur et chef d’orchestre... Lire la suite (19 septembre)
  • « The Window »
    Jazz, Immédiatement, en écoutant ce duo voix -Cecile McLorin Salvant-, piano -Sullivan Fortner- , j’ai pensé à Ella Fitzgerald/Ellis Larkins (un de ces pianistes qui brillent dans cet art singulier,... Lire la suite (19 septembre)