Autour du Jazz

« Fred Hersch trio, Sunday night at the Vanguard » Un grand pianiste.

Fred Hersch. Le nom devrait suffire pour dire le contenu. Un pianiste contemporain qui sait tout du jazz. Monk, Bud Powell, Bill Evans bien sûr se donnent rendez-vous. Au-delà de toutes ces influences, perceptibles dès le premier thème dans cet album, « The Fred Hersch trio, Sunday night at the Vanguard », tout l’art du trio est magnifié. Il a choisi un batteur né dans le jazz et a grandi avec son père, saxophoniste alto, Éric McPherson pour alimenter sa propre création. John Hébert, contrebassiste, joue aussi sa partie pour construire un son d’ensemble. Le trio fonctionne. Et pour cause, ils tournent depuis 7 ans.

Au Vanguard, petit club mythique de New York, les musiciens se sentent à leur aise face à un public averti qui répond à chaque sollicitation, à chaque citation. L’air qu’on respire est un air de jazz. Fred Hersch comme ses compagnons y est sensible. Ce lieu oblige les musiciens à se dépasser.

Jazz : Fred Hersch

Cet album en fait la démonstration une nouvelle fois. Le trio ne se refuse aucun entrée, free jazz, musique contemporaine, le tout construit pour servir le talent du pianiste qu’il faut suivre dans « Serpentine ». Le batteur peut tout faire, c’est une garantie.

Des compositions de Monk à celles de Hersch lui-même en passant par les standards comme celui qui ouvre l’album : « A cockeyed optimist », une composition de Rodgers and Hart pas très connue ou « The Peacocks » de Jimmy Rowles enregistrée par Stan Getz.

Un album à ne pas rater. Fred Hersch fait preuve d’une maturité joyeuse en s’ouvrant à tous les styles qui cohabitent curieusement dans les jazz d’aujourd’hui.

Nicolas Béniès.

« Fred Hersch trio, Sunday night at the Vanguard », Palmetto distribué par Berthus.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Unfiltered Universe », Rez Abbasi
    Rez Abbasi est guitariste et joueur de sitar. Ses origines indiennes expliquent cette dualité. Dans son nouvel album, « Unfiltered Universe », il réussit le tour de force de fusionner ses cultures... Lire la suite (30 novembre)
  • « Hope », Sylvain Cathala septet
    Sylvain Cathala, saxophoniste ténor et compositeur, a intitulé son dernier album « Hope », Espérance. C’est oser. Dans le monde qui se considère comme le nôtre, l’espoir est passé de mode. Un siècle... Lire la suite (29 novembre)
  • Au revoir, Fats Domino.
    « Fats » Domino, Antoine Dominique pour l’état civil, né le 26 février 1928 à la Nouvelle-Orléans nous quittés le 24 octobre 2017 après avoir résisté vaillamment à Katrina qui n’a pas eu raison ni de lui ni... Lire la suite (16 novembre)
  • « Strictly Strayhorn »
    Un trio, rien qu’un trio pour s’approprier les compositions de Billy Strayhorn, compagnon et alter ego du Duke à son entrée dans l’orchestre en 1938. Billy Strayhorn est un maître du spleen, une sorte... Lire la suite (15 novembre)
  • « Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay
    « Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on... Lire la suite (6 novembre)