Autour du Jazz

« Fred Hersch trio, Sunday night at the Vanguard » Un grand pianiste.

Fred Hersch. Le nom devrait suffire pour dire le contenu. Un pianiste contemporain qui sait tout du jazz. Monk, Bud Powell, Bill Evans bien sûr se donnent rendez-vous. Au-delà de toutes ces influences, perceptibles dès le premier thème dans cet album, « The Fred Hersch trio, Sunday night at the Vanguard », tout l’art du trio est magnifié. Il a choisi un batteur né dans le jazz et a grandi avec son père, saxophoniste alto, Éric McPherson pour alimenter sa propre création. John Hébert, contrebassiste, joue aussi sa partie pour construire un son d’ensemble. Le trio fonctionne. Et pour cause, ils tournent depuis 7 ans.

Au Vanguard, petit club mythique de New York, les musiciens se sentent à leur aise face à un public averti qui répond à chaque sollicitation, à chaque citation. L’air qu’on respire est un air de jazz. Fred Hersch comme ses compagnons y est sensible. Ce lieu oblige les musiciens à se dépasser.

Jazz : Fred Hersch

Cet album en fait la démonstration une nouvelle fois. Le trio ne se refuse aucun entrée, free jazz, musique contemporaine, le tout construit pour servir le talent du pianiste qu’il faut suivre dans « Serpentine ». Le batteur peut tout faire, c’est une garantie.

Des compositions de Monk à celles de Hersch lui-même en passant par les standards comme celui qui ouvre l’album : « A cockeyed optimist », une composition de Rodgers and Hart pas très connue ou « The Peacocks » de Jimmy Rowles enregistrée par Stan Getz.

Un album à ne pas rater. Fred Hersch fait preuve d’une maturité joyeuse en s’ouvrant à tous les styles qui cohabitent curieusement dans les jazz d’aujourd’hui.

Nicolas Béniès.

« Fred Hersch trio, Sunday night at the Vanguard », Palmetto distribué par Berthus.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Le tombeau de Poulenc »
    « Le tombeau de Poulenc », le titre de cet album interroge. La réponse se trouve dans les notes de pochette pour apprendre que « dans la période baroque, le tombeau était composé en hommage à un grand... Lire la suite (10 avril)
  • « Sand Woman », Henri Texier
    Henri Texier a eu envie, après les concerts pour le 30e anniversaire du Label bleu, de reprendre quelques-unes de ses anciennes compositions, celles du temps de Salhani. Pour ce faire, redonner... Lire la suite (10 avril)
  • « Freaks », Théo Ceccaldi
    Théo Ceccaldi, violoniste, a fait sensation. Et il continue. Je me souviens de la première fois que je l’ai vu au festival Jazz sous les Pommiers à Coutances. J’étais sceptique. Un violoniste ! Oui... Lire la suite (9 avril)
  • Sydney Bechet et Bobby Jaspar
    Sidney Bechet ! Rien que le nom du clarinettiste/saxophoniste soprano évoque des souvenirs, des chansons. « Petite fleur » bien sûr, chantée à la fois par Mouloudji et Henri Salvador, « Petite fleur »... Lire la suite (9 avril)
  • Europajazz, Jazz sous les Pommiers
    L’Europa Jazz, connu aussi par sa ville de naissance, Le Mans, où le festival se termine en apothéose, essaie de ne pas trop regarder les chiffres pour éviter les pièges du « retour sur investissement... Lire la suite (3 avril)