Autour du Jazz

Stéphane Kerecki se dévoile.

« French Touch » Passions musicales entremêlées.

Stéphane Kerecki, contrebassiste, a des amours partagées. Jazz, pop, rock – tout autant, sans doute que des compositeurs modernes – sans oublier le cinéma et ses musiques. Dans son avant dernier album, « Nouvelle vague », il s’appropriait la période des années 1960, révolutionnaires s’il en fut, qui avaient changé à la fois notre regard et nos habitudes. Pour son dernier opus, « French Touch », il se penche avec amour vers la musique électronique des D.J qui composent des environnements étranges et souvent douillets capables d’envahir l’oreille comme celles de AIR, Daft Punk et de quelques autres.

Jazz : Kerecki

Si cette musique vous est étrangère – il est toujours possible de risquer une oreille sur le Net, c’est nécessaire pour savourer le travail d’arrangements -, vous apprécierez simplement les thèmes chantés par le choix de l’acoustique, une manière de défi. La musique y gagne. Les sons électroniques se plient au quartet pour rendre gorge de leur beauté. Les quatre permettent de leur donner, à ces compositions, d’autres couleurs, bleutées.

Le contrebassiste, sonorité ronde et musclée dans la lignée de Jean-François Jenny-Clark, suscite l’émotion dés l’entrée dans cet album. Il parle de lui tout en participant au chant du monde, Individuel et collectif tout à la fois – et non pas en même temps. Un lien mystérieux unit auditeur et musicien pour partager des secrets. Le saxophoniste, uniquement au soprano, Émile Parisien, prend son envol, se détache de ses influences et arrive encore à étonner par sa capacité à se dépasser et à frôler des sonorités inédites. Le claviériste, Josef Dumoulin, entre piano et Fender Rhodes, entre acoustique et électronique, structure le paysage, dessine le contexte tout en offrant un contrepoint au saxophoniste et au bassiste. Le batteur, musicien à part entière, superbe, capable de construire un espace temps spécifique dans lequel se coulent les trois autres. La dernière chose mais non la moindre, c’est l’entente entre les musiciens qui fait du quartet un protagoniste supplémentaire et à part entière pour la réussite de cet album.

Plongez-vous dans « French Touch » sublimée par Stéphane Kerecki et son quartet.

Nicolas Béniès

« French Touch », Stéphane Kerecki quartet, D’Addario

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Lucky Dog »
    Un quartet sans piano ? Une des réponses possibles, Gerry Mulligan avec Chet Baker ? Mais là, vous auriez tout faux. Pour ce qui est des références. Non pas que Yoann Loustalot, le trompettiste du... Lire la suite (Décembre 2014)
  • « In-Pulse », Xavier Desandre Navarre
    Xavier Desandre Navarre est percussionniste et grand voyageur. Il a voulu construire une série d’images qu’il voudrait animées pour présenter son monde éclectique comme il se doit dans le contexte d’un... Lire la suite (Décembre 2014)
  • « Un jardin pour Gardel », Antonio Placer, Jean-Marie Machado, Anthony Leroy
    Chanter des chansons d’amour, est-ce ringard ? Gardel, ce chanteur toulousain qui a fait carrière en Argentine en chantant des tangos, des blues à la sauce milonga reste présent pour des générations... Lire la suite (Décembre 2014)
  • « Live in concert », Manu Katché
    Manu Katché est batteur. On l’aurait oublié. Ce serait dommage. L’un des plus grands percussionnistes d’aujourd’hui. Plus que batteur. Il ne possède pas – ce n’est pas son « truc » - la pulsation... Lire la suite (Décembre 2014)
  • "Trane Steps ", Claire Michael
    Un album qui s’intitule « Trane Steps » laisse immédiatement un parfum fait de nostalgie, de force de ce génie jamais dépassé et d’inquiétude. Est-il possible d’évoquer Trane sans se renier, sans se... Lire la suite (Décembre 2014)