Actualité théâtrale

Au Théâtre de la Commune, Aubervilliers, jusqu’au 29 mai

"Gary-Jouvet 45-51" d’après la correspondance Jouvet-Gary et "Tulipe ou La protestation" de Romain Gary

Juin 1946, Romain Gary, alors jeune secrétaire d’Ambassade en poste à Sofia adresse à Louis Jouvet un projet de texte théâtral et le roman prêt à paraître dont il est inspiré.
C’est avec ce premier envoi que débute une correspondance qui va s’étendre sur six années. Au fur et à mesure que l’enthousiasme de Jouvet pour les pièces écrites par le jeune auteur perd de sa vigueur, les tentatives de Gary se font plus pressantes, plus insistantes, mettant ainsi en place toute l’ambiguïté qui peut s’établir dans le rapport auteur-metteur en scène.
On découvre dans cet échange épistolaire surprenant, d’un côté la froideur d’un homme de théâtre au sommet de sa gloire et de son art et de l’autre, la naissance d’une vocation théâtrale hésitante, celle du jeune Romain Gary. Le récit titré "Tulipe"qui emporta l’adhésion du comédien-metteur en scène, avait pour personnage central un homme dont la fantaisie, les facéties pouvaient correspondre à la personnalité de l’écrivain lui même. Idéaliste charlatan, imprécateur burlesque, clown pathétique, cet émigré qui porte en lui les stigmates de Bergen-Belsen, intervient en contre point de l’échange épistolaire.

visuel Marc Daniau

C’est de ces deux éléments réunis qu’est constitué le spectacle singulier que met en scène avec infiniment de finesse Gabriel Garran, dont c’est le retour émouvant au Théâtre de la Commune après de nombreuses années.
Il subsiste quelque chose de mystérieux dans cette complicité entre les deux hommes. Etait-elle réelle, profonde. Etait-elle une façon de s’approcher l’un l’autre, un jeu, une démarche artificielle, la mise en place d’un rapport de forces ?
Quel rôle Louis Jouvet aura-il finalement joué dans la tentative de Gary d’accéder au statut d’auteur dramatique reconnu ?
Un spectacle qui apporte un éclairage nouveau sur ces deux grands hommes du théâtre et de la littérature. Un moment de théâtre singulier et prenant.
Francis Dubois

Théâtre de la Commune
2 rue Edouard Poisson, 93304 Aubervilliers
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16
www.theatredelacommune.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)