Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Benoît Forgeard (France)

"Gaz de France" Sortie en salles le 13 janvier 2015

Le Président Bird, après avoir convaincu le peuple au moment de son élection, voit quelques temps plus tard, sa côte de popularité dégringoler de façon alarmante. culture/cinéma

Michel Battement, son directeur de communication, ne sachant plus comment procéder pour requinquer l’image du Chef de l’Etat réunit, pour une consultation secrète, un panel de citoyens

parmi lesquels de prestigieux cerveaux du pays.

Avec "Gaz de France" Benoît Forgeard aborde le sujet de la communication en politique et du "Storytelling" que pratiquent les hommes de pouvoir.

Tous les ingrédients qu’il utilise auraient pu, avec un autre réalisateur, déboucher sur une comédie hilarante mais, d’évidence, ses intentions étaient autres et cette sorte de discrétion avec laquelle il conduit son sujet, l’intelligence avec laquelle il utilise et réduit les ressorts comiques sont louables mais risquent d’être peu "payants".

Le scénario du film de Benoît Forgard détient un fort potentiel comique mais qu’il refuse d’utiliser à fond. Il reste sur une réserve qui conduit à penser, à la fin de la projection de "Gaz de France", que son récit est à la fois trop "déjanté" et pas assez, qu’il y manque l’étincelle qui pourrait embarquer et convaincre le spectateur.

Son président de République (interprété avec beaucoup de finesse par le chanteur-comédien Philippe Catherine) est une sorte de pantin tout à l’écoute de son conseiller en communication. Mais, pour rester dans le domaine de la crédibilité, la seule latitude de jeu qu’il accorde au comédien est dans les regards, dans une gestuelle restreinte, une délicatesse, voire une frilosité dans les attitudes.

L’exercice est convaincant, tout à fait novateur. Pourtant, il atteint très vite ses limites et on se retrouve dans l’attente d’autre chose, d’un déclic qui est dans l’intention, mais que Benoît Forgeard

semble s’interdire. Peut-être pour rester sur une ligne hors des sentiers battus des codes de la comédie traditionnelle et rester dans ceux de l’œuvre vouée à la recherche.
Pour détruire tout risque de réalisme, toute concession à la moindre facilité narrative, le metteur en scène opte pour une théâtralité tant dans la mise en scène proprement dite que par le choix d’un décor stylisé, le plus éloigné possible du réalisme et de la vraisemblance.
Benoît Forgeard n’exploite pas plus les situations qu’il met en place, que le potentiel de ses personnages, que celui des comédiens dont il a fait un choix judicieux.
Ainsi, l’assistante du conseiller en communication qui est interprétée par Elisabeth Mazev, comédienne de théâtre dont la nature se prête à la fantaisie pour ne pas dire au comique, est d’un bout à l’autre dans la retenue et du coup, un peu cadenassée, réduite à la portion congrue de ses capacités.
Ainsi, le personnage du conseiller lui-même qui ne sort jamais de l’austérité alors qu’il est, même si c’est d’une façon souterraine, porteur de drôlerie, voire de cocasserie.

Pourquoi Benoît Forgeard ne s’autorise-t-il pas quelques portes de sortie du côté du rire ? Pourquoi a-t-il donné à son film le titre rébarbatif de "Gaz de France" qui en découragera plus d’un et tous ceux qui seront loin de se douter qu’une telle appellation cache une œuvre originale, complètement nouvelle dans la paysage du cinéma français et souvent savoureuse ?
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)