Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Philippe Lesage (Québec)

« Genèse » Sortie en salles le 10 avril 2019.

Guillaume est un élève de lycée qui, par son aisance naturelle, son sens de la répartie, s’impose en leader de sa classe. Mais qu’en sera-t-il de son panache quand il découvrira, lui qui a les atouts d’un Don Juan, que son attirance physique va vers un garçon ?

Alors que Guillaume tombe amoureux, Charlotte sa demi sœur quitte un petit ami de son âge pour un séducteur trentenaire qui lui promet monts et merveilles et qui, en l’abandonnant, la livrera par dépit à une série rencontres incertaines. A la lisière de ces histoires, dans un camp de vacances, le jeune Félix va ressentir pour Guillaume, son voisin de chambrée, une irrépressible attirance.

Pour Philippe Lesage, l’adolescence qui est une période charnière, est un âge fascinant.

Les jeunes protagonistes de son film sont des cœurs téméraires qui se livrent à leurs pulsions et à leur aveuglement amoureux sans faire de calculs, sans le souci de faire des choix rationnels.

Le penchant autobiographique a toujours été présent dans son cinéma, que ce soit à travers un documentaire ou à travers une fiction. Il a tourné«  Ce cœur qui bat  » parce qu’il est hypocondriaque et pour tenter de se libérer de sa névrose.

Lorsque l’opportunité lui a permis de passer à la fiction, il a littéralement retourné la caméra vers lui et vers le sujet de la sexualité qui est pour lui en perpétuelle évolution, qui le fascine et plus encore quand elle est vécue par de très jeunes gens qui en sont à leurs premières découvertes.

Cinéma : Génèse

« Génèse » est un récit en trois actes qui se situe à une époque indéterminée dont on pourrait penser qu’il s’agit des années 90 jusqu’au moment où un détail nous renvoie au début des années 2000, et ce brouillement des pistes sans doute voulu, vient prouver que les personnages de seize ans et leurs émois n’appartiennent à aucune époque précise et qu’ils sont intemporels.

Il ne suffit pas qu’un personnage apparaisse dans plusieurs réalisations d’un même metteur en scène pour qu’il renvoie à François Truffaut et à son Antoine Doisnel et les rapprochements qu’on pourrait faire du film de Philippe Lesage avec ceux de Maurice Pialat ou de Jean Eustache, au seul fait qu’il traite comme eux des émois de l’adolescence, ne saute pas aux yeux.

Le meilleur compliments qu’on pourrait faire à Philippe Lesage serait de dire que son cinéma n’appartient qu’à lui avec sa naïveté, ses maladresses, ses lieux communs mais aussi avec ses moments fulgurants et la présence magnifique dans son film du jeune Théodore Pellerin, comédien charismatique qui porte le film sur ses épaules et qui, par les nuances de son jeu, va au secours des faiblesses du récit et ajoute force aux séquences brillantes.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)