Lycée et post-bac

Parcoursup

Gestion de crise Que va-t-il se passer le 22 mai ?

C’est désormais une quasi-certitude, les candidats à la poursuite d’étude vont se heurter au mur du nouveau système affectations post-bac. Sans solution immédiate pour les dizaines de milliers de jeunes sans proposition d’affectation, les rectorats , comme celui de Versailles, en sont réduit à la diffusion d’éléments de langage, sur le mode "Y a qu’à attendre" et "faites autre chose" ! Le diaporama institutionnel joint à cet article mérite le détour.

Eléments de langage pour une gestion de crise- Académie de Versailles

Morceaux choisis ...

Il est utile dans les établissements de banaliser "journée ou demi-journée du 22 ou 23 mai banalisée pour favoriser les échanges"

"Conseils en fonction de la situation des candidats :

Comprendre pourquoi son dossier a été refusé ou est en attente
Elargir ses vœux et envisager de nouvelles pistes plus réalistes
Apprentissage ?"

"Rassurer les familles : c’est une procédure qui "commence", qui tient compte tous les jours des réponses des candidats, qui garantit à tous une place dans l’enseignement supérieur. Tous les personnels sont mobilisés.

Faire patienter les candidats : « Il faut laisser aux autres candidats le temps de se déterminer, il faut un peu de patience , tout n’est pas joué le 22 mai. Beaucoup de choses vont évoluer dans les 10-15 jours qui suivent. »

Rappeler aux candidats éligibles la possibilité de saisir la Commission d’accès à l’enseignement supérieur (attention, uniquement sur des places vacantes, on ne préempte pas de place , on ne bouge pas les classements)
à compter du 22 mai : ceux qui n’ont que des refus
à compter du 7 juillet : ceux qui sont toujours sans proposition (refus ou en attente sur tous les vœux)

Expliquer le processus de la procédure complémentaire (début : 26 juin)

Rappeler aux candidats susceptibles d’être intéressés que des vœux en apprentissage sont encore possibles (condition : trouver un contrat d’apprentissage, mais il devrait être possible d’être accompagné dans ses démarches)

S’appuyer sur les souhaits des candidats (cf. « Ma préférence ») et échanger avec eux pour leur proposer , le cas échéant une solution alternative (ex. est-ce que les choix initiaux étaient cohérents avec leur parcours et leurs compétences, d’autres établissements peuvent-ils les intéresser, envisager une autre formation dans le domaine choisi, un autre parcours)

Leur offrir toutes les possibilité de se documenter : tutoriel, fiches, vidéo, twitter, facebook "

Autres articles de la rubrique Lycée et post-bac

Dans la rubrique Réforme Blanquer du lycée

  • Retour vers le futur ?
    Le SNES-FSU a pu réaliser une enquête sur les choix d’orientation des élèves actuellement en 2nde GT. On trouvera dans le document en fin d’article des résultats beaucoup plus détaillés et complets. Un... Lire la suite (18 avril)
  • Lycée Blanquer, le "libre choix", vous y avez cru ?
    A l’échelle des académies, la préparation de la rentrée se révèle périlleuse compte tenu du niveau très élevé des suppressions de postes, et témoigne de l’écart entre les discours ministériels et la... Lire la suite (6 avril)
  • Options à la découpe !
    Dans la nouvelle organisation du bac prévue pour la session 2021 dont les modalités entrent en vigueur dès la rentrée 2019 en Première, les options ne comptent pas , ou si peu. Seuls le latin et le... Lire la suite (31 mars)
  • Les lycées dans l’action !
    Des motions de CA aux " notes de confiance " en passant par des " nuits des lycées ", la profession se mobilise pour exiger le retrait de ces réformes délétères. Continuons l’action ! Elargissons les... Lire la suite (31 mars)
  • Bac 2019 et suivants Dématérialisation obligatoire des corrections ?
    Dès la session de juin 2019, le ministère semble envisager de généraliser la dématérialisation des corrections de Bac à 16 académies avant de l’étendre à tous d’ici 2021. Il projette d’étendre la procédure... Lire la suite (28 mars)