Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Maud Alpi (France)

"Gorge Cœur ventre" Sortie en salles le 16 novembre 2016.

Les bêtes arrivent dans la nuit. Elles sont parquées. Par quel instinct pourraient-elles être averties de ce qui les attend ; qu’avant l’aube, un jeune homme va les guider vers la mort par d’étroits passages, et que, dans quelques heures, elles ne seront plus que des masses de viande suspendues par des esses, prêtes à l’équarrissage.

Lorsque les couloirs des abattoirs sont encore déserts, Boston, le chien de Virgile Hanrot, le bouvier, renifle-t-il l’odeur de la mort dont les parois sont imprégnées ? Son errance dans les lieux encore sombres qui seront dans un moment livrés à la bousculade des bêtes, à leurs meuglements affolés, à cette panique à lire dans les yeux, apparait d’autant plus vivante, allègre, qu’elle est en contraste avec les locaux glacés et glaçants…

Cinéma : Gorge, coeur, ventre

Le titre du film qui évoque trois parties du corps dont le fonctionnement est essentiel à la vie, provient d’un poème de Pasolini (extrait de " la religion de notre temps ") qui parle de sa jeunesse fervente quand il sillonnait la campagne et qu’il se donnait "gorge, cœur et ventre" à son sentiment religieux et à sa quête de l’amour universel.

C’est dans l’enfer d’un abattoir que Maud Alpi a choisi d’inventer ce voyage guidé par un personnage humain qui reste à la lisière - du film et de la société - et dont le film serait un portrait en creux, qui abandonne un moment sa liberté pour devenir le rouage d’une machine dévoratrice et infernale.

Dans les circonstances de toutes ces morts prochaines, le bêtes apparaissent comme des présences familières peut-être parce que la fatalité de ces derniers moments nous touche comme si elle nous renvoyait à nos propres souffrances passées ou à venir.

Le film s’est fait avec des "acteurs" dont on sait qu’ils vont mourir à la fin de la prise et c’est peut-être ce qui fait qu’ils apparaissent au bout du compte, dans l’urgence et l’éphémère, comme des personnages et échappent dès la première vision à une "interchangeabilité" pour devenir à chaque fois, uniques et repérables.

Même s’il accompagne les bêtes dans les couloirs de la mort, même si une image montre les derniers soubresauts de l’animal qu’on vient d’abattre, "Gorge, cœur, ventre " n’est pas un documentaire sur des abattoirs. C’est au contraire, une sorte de poème visuel mêlant des séquences réalistes à des apparitions, des visions oniriques comme ce moment où l’on assiste à l’égarement affolé d’un agneau dans un décor glacé, chirurgical, surréaliste, étranger au récit.

Virgil Hanrot n’a jamais été bouvier et Boston, son chien, n’a connu les abattoirs que pour les besoins du film. Ils ont été, l’un et l’autre, choisis à la suite d’un casting et cette précision est nécessaire pour ajouter au mystère de ce film qui va toujours là où on ne l’attendait pas, qui surprend, enchante et bouleverse tout à la fois.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Fin de siècle »
    Un argentin de New-York et un espagnol de Berlin se croisent au cours d’une nuit de drague à Barcelone. Rien ne les prédestinait à cette rencontre sinon une pulsion sexuelle immédiate et l’occasion... Lire la suite (22 septembre)
  • « Eléonore »
    Sous la pression de sa mère et de sa sœur aînée soucieuses de sa réussite sociale, la nonchalante et gaffeuse Eléonore, la trentaine, devient l’assistante d’un éditeur spécialisé dans le roman érotique.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Sing me a song »
    Le jeune Peyangki est étudiant dans un monastère traditionnel au Bhoutan, le « pays du bonheur ». Mais les traditions et rituels sur lesquels reposent les règlements de ces établissements... Lire la suite (20 septembre)
  • « Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait »
    Daphné une jeune femme enceinte de trois mois a décidé de prendre quelques jours de vacances à la campagne avec François, son compagnon. Mais François doit s’absenter pour son travail et Daphné se... Lire la suite (15 septembre)
  • « Honeyland La femme aux abeilles »
    Hatidze est une des dernières apicultrices à récolter le miel de manière traditionnelle, à dénicher les ruches « sauvages » dans la région montagneuse de Macédoine. Avec un minimum de protection et la... Lire la suite (15 septembre)