Lycée et post-bac

Bac Blanquer

"Grand oral", le règne du simulacre

Il aura fallu attendre ce mois de février pour entrevoir ce que sera le Grand oral, épreuve angulaire du bac Blanquer selon son concepteur et ses thuriféraires. Et une fois de plus, l’incohérence s’ajoute à l’incohérence. Le Grand oral doit s’appuyer sur les enseignements de spécialité mais évaluer autre chose ! Il doit être préparé tout au long du cycle terminal sans pour autant que soient garanties les conditions minimales d’apprentissage, à savoir du temps et des effectifs réduits. Il demeure l’ultime interrogation : à quoi et à qui cela peut-il servir ?

"Le Grand oral est une réforme de société" ! Voilà comment Cyril Delhay, l’inspirateur de l’épreuve du grand oral en présente l’enjeu. Il conclut sa tribune ainsi : "L’instauration du grand oral du baccalauréat est une grande réforme de l’éducation. Une réforme de société longtemps jugée impensable comme le furent celle des congés payés, du droit à l’avortement, de l’abolition de la peine de mort ou du mariage pour tous" (Le Monde 15 février 2015). Rien que ça.

Et la communication ministérielle de dérouler tout l’argumentaire de l’innovation pédagogique sur une épreuve centrée sur l’art oratoire... De fait, dans le rapport Delhay remis en juin dernier au ministre Faire du Grand oral un levier pour l’égalité des chances, on retrouve tous les éléments de l’architecture de l’épreuve de baccalauréat décrite dans les notes de service publiée le 13 février 2020.

Les notes de service :
Epreuve orale dite de "Grand oral" de la classe Terminale de la voie générale
Epreuve orale dite de "Grand oral" de la classe de Terminale de la voie technologique

On notera au passage que ces notes de service sont en contradiction avec les arrêtés du 16 juillet 2018 sur le baccalauréat où il est précisé : "Une épreuve obligatoire orale terminale de vingt minutes (20 minutes) est préparée pendant le cycle terminal. Elle porte sur un projet adossé à un ou deux enseignements de spécialité choisis par le candidat." (Art. 8 pour la voie générale et 7 pour la voie technologique). Les notes de service ont fait disparaître le projet !

L’épreuve se déroule en 3 temps :
- La présentation d’une question, choisie par le jury à partir d’une liste qui en contient deux ; le candidat prépare pendant 20 minutes sa réponse, prépare éventuellement un support, puis répond, debout, sans notes pendant 5 minutes ;

- Un échange avec le jury de 10 mn pendant lequel le candidat peut choisir de s’asseoir ; il s’agit que le candidat puisse préciser sa pensée et répondre à des questions portant sur l’ensemble du programme du cycle terminal des deux spécialités choisies.

- La présentation du "projet d’orientation" pendant 5 minutes.

Que doit sanctionner une épreuve de bac ?
Tout ce petit monde nourri aux concours d’éloquence et à la rhétorique version grandes écoles de commerce et de Sciences politiques semble avoir perdu de vue le sens de l’examen du baccalauréat tel qu’il s’inscrit dans le cursus des élèves.
Pour les concepteurs du Grand oral, il semble plus important d’évaluer ce qui n’est pas de l’ordre des apprentissages : le candidat doit d’abord apprendre à faire bonne impression ! Finalement , peu importe ce que le candidat aura étudié lors des cours de spécialités, l’important sera dans la manière.
Exit la question de l’articulation entre les apprentissages et l’évaluation des acquis... Exit la question de la préparation des élèves et des conditions d’enseignement...
Exit la question de la cohérence entre des programmes et l’évaluation, notamment en technologie, quand le projet disparaît de l’évaluation...

Un projet d’orientation, pour quoi faire ?
Dans la partie "projet d’orientation", on retrouve tout ce qui pourrait constituer les éléments d’un entretien de motivation ou d’embauche. Le candidat doit inscrire ses choix de « parcours » dans une réflexion qui vise à justifier le projet de poursuite d’études, voire le projet professionnel. Or, l’expérience des Psy-EN, les recherches en psychologie et en sociologie, montrent que les ressorts de la mobilisation dans les études tiennent davantage à l’intérêt pour les savoirs enseignés et à des rencontres, qu’à un plan de carrière rationnellement échafaudé. S’agit-il de juger la crédibilité d’un projet et la capacité à réussir à l’aune de comportements dont l’essentiel est le produit du milieu social ? Compte tenu des conditions d’enseignements, on ne voit pas comment ce système d’évaluation ne viendrait pas renforcer les logiques de discrimination sociales et genrées. En revanche, on voit bien comment cela assujettit l’élève aux lois d’un marché où l’offre de formation est étroitement liée à la satisfaction immédiate des besoins économiques.

Autres articles de la rubrique Lycée et post-bac

  • Indemnités de corrections, le rabais à géométrie variable
    Le ministère vient d’annoncer pour les correcteurs le déblocage de 50 euros par groupe d’épreuve commune de contrôle continu. Les modalités de la rémunération sont à l’image de tout le reste, un montage... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Tout change pour que rien ne change ?
    Les statistiques du Ministère viennent très clairement confirmer les analyses du SNES-FSU sur la réforme du lycée. La réforme Blanquer ne remet pas en cause les inégalités qui marquaient le lycée... Lire la suite (Novembre 2019)
  • LYCÉE À LA CARTE, UNE BOMBE À FRAGMENTATION
    Qu’est-ce qu’une classe lorsqu’au moins deux tiers des heures élève s’effectuent dans des enseignements non nécessairement communs ? Comment envisager les conseils de classe quand cette dernière... Lire la suite (Novembre 2019)
  • NON AU BAC À LA DÉCOUPE
    Coûte que coûte, le ministère veut imposer les épreuves communes de contrôle continu (E3C) dès cette année de Première alors que les élèves et les enseignants sont maintenus dans le flou total. Malgré la... Lire la suite (Novembre 2019)
  • Des outils pour informer et mobiliser !
    On trouvera ici les documents, régulièrement mis à jour et enrichis, nécessaires à l’information des personnels et des parents d’élèves sur les réformes Blanquer du lycée et du bac. Supports pour animer... Lire la suite (Novembre 2019)

Dans la rubrique Réforme Blanquer du lycée

  • Session 2021 Sous le feu du contrôle continu
    Avec l’annulation des épreuves écrites et orales de français, de la seconde session des épreuves de contrôle continu, le ministère a fait le choix d’étendre les principes qui organisent la session 2020 à... Lire la suite (21 juin)
  • La session de tous les dangers
    Ce 27 mai sont parus au Journal officiel le décret et l’arrêté organisant le cadre de la session 2020 du baccalauréat général et technologique. Ces textes avaient été présentés le 11 mai dernier en... Lire la suite (21 juin)
  • Bac session 2020, mode d’emploi !
    Après des semaines d’informations parcellaires et parfois contradictoires, le ministère de l’éducation nationale vient enfin de finaliser la note de service formalisant la procédure du bac au contrôle... Lire la suite (1er juin)
  • La fabrication de la note de livret scolaire
    Bien difficile de se retrouver dans les messages contradictoires du ministère concernant la note de contrôle continu ! Alors que le ministère est toujours incapable de tenir un discours clair, la... Lire la suite (18 mai)
  • Réforme du lycée et du bac
    La dernière note de l’Inspection Générale passe en revue un certain nombre de sujets sur lesquels il se montre pour le moins critique. Elle confirme donc que la réforme du lycée et du bac posent de... Lire la suite (28 février)