Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Neil Jordan (USA)

« Greta » Sortie en salles le 12 juin 2019.

Quand Frances, une jeune fille de vingt ans, trouve un sac à main oublié sur une banquette du métro, elle décide sans hésiter d’aller le rapporter à sa propriétaire.

C’est à cette occasion qu’elle fait la connaissance de Greta, une veuve esseulée, excentrique, mystérieuse mais spontanée et séduisante.

La rencontre entre la quadragénaire seule et isolée et Frances encore fragilisée par la disparition récente de sa mère va très vite se solder par l’amorce d’ une belle complicité féminine.

Les deux femmes multiplient les rencontres mais face aux exigences grandissantes de Greta, Frances ne va pas tarder à découvrir qu’elle s’est lancée sans doute trop vite dans cette amitié.

Mais de là à imaginer qu’elle est en présence d’une dangereuse psychopathe.

Cinéma : Greta

Frances a la naïveté de son âge et l’intérêt que Greta lui porte dès leur première entrevue tombe à pic pour remplir le vide affectif que vient de laisser la disparition de sa mère.

Greta a tout pour séduire, l’aisance naturelle, l’élégance, la richesse et une belle disposition pour établir très vite avec l’autre des rapports simples et spontanés.

Le film de Neil Jordan obéit à tous les codes du récit à suspense à commencer par une introduction sereine, la mise en place entre les deux femmes de rapports prometteurs dans le sens d’une intimité rassurante.

Mais lorsque Frances découvre, avec le contenu d’un placard, une série de sacs identiques à celui qu’elle a trouvé sur le siège du métro, le piège où elle s’est laissée prendre, il ne serait peut-être pas encore trop tard pour faire machine arrière. Mais comment renoncer au charme de Greta ?

Le mécanisme de l’engrenage est enclenché mais au lieu de jouer la carte de la subtilité, Neil Jordan a opté pour les grosses ficelles scénaristiques.

Le machiavélisme de Greta n’aura d’égal que la soumission de Frances jusqu’à ce que film atteigne une dimension quasi grand guignolesque avec des rebondissements tellement appuyés qu’ils finissent par désamorcer un suspense réduit à des effets attendus.

Les séquences finales relèvent d’un enchaînement de mouvements opportuniste tel qu’on a cessé de se passionner pour une histoire qui, depuis un moment déjà, a sombré dans la banalité d’un canevas narratif standard.

Le choix de Chloé Grace Moretz pour jouer Frances est plutôt judicieux et celui d’Isabelle Huppert aurait pu l’être si cette comédienne qu’on a connue tellement inspirée, ne redonnait ici, avec le personnage de Greta, ce qu’elle a donné pratiquement dans toutes ses dernières interprétations, une sorte de copier-coller et un passage à la trappe de la finesse de son jeu.

On peut peut-être malgré tout, se laisser prendre par cette histoire même si elle est trop cousue de fil blanc...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)