Communiqués

Groupe de travail sur les missions des conseillers d’orientation-psychologues : des propositions inacceptables en l’état !

Le groupe de travail conduit par le directeur de la DGESCO s’est réuni le 5 mai à partir d’un projet de texte sur l’évolution des missions des conseillers d’orientation-psychologues. Même si le Directeur s’est voulu rassurant, ses propos confirment les craintes que le SNES avait déjà exprimées dès réception de ce texte. Il s’agit bien de reconfigurer en profondeur le métier de Conseiller d’Orientation-Psychologue et de le décentrer du public en formation initiale, aujourd’hui public prioritaire, vers le public adulte, par le biais d’une participation active au service dématérialisé, prévu par la loi sur l’orientation et la formation professionnelle tout au long de la vie.

Les CIO ,absents de ce texte, seraient promis par le Ministère à « une renaissance » et devraient faire preuve « de leur capacité à exister de manière renouvelée avec les autres structures ». Dilués au sein de plateformes multi-services, comment les CIO pourraient-ils garder leur identité et continuer à être les référents pour le public scolaire ?

Bien que ces mesures soient présentées au nom de l’intérêt des élèves, ceux-là n’auront rien à gagner à cette profonde modification du positionnement des Conseillers d’Orientation-Psychologues, dans les établissements scolaires : non seulement les CIO, actuellement très bien identifiés par les élèves et les familles, risquent de disparaître dans des structures uniques, mais la majorité des élèves, qui ne rencontreraient pas d’importantes difficultés, ne seraient pas handicapés ou décrocheurs, n’auraient aucune chance de rencontrer un conseiller–psychologue. Par contre, ils auraient à leur disposition pas moins de quatre professeurs : le professeur principal, le professeur chargé de l’accompagnement éducatif, le tuteur et le professeur référent, nouvellement introduit dans le texte par la DGESCO, qui tous devront le conseiller, sans aucune formation, ni concertation. Gageons que les élèves et les familles devront développer d’importantes capacités de synthèse. En désespoir de cause leur restera le service dématérialisé !

Le SNES a dit très clairement son opposition à un schéma de ce type. Il serait inconcevable que des discussions sur l’évolution des missions, ouvertes dans le cadre du statut actuel, aboutissent finalement à réécrire celui-ci et à mettre fin à l’existence des CIO. Le potentiel de Conseillers d’Orientation-Psychologues, déjà très amoindri par les choix de ce gouvernement, ne doit pas servir de force d’appoint à Pôle Emploi, débordé par l’afflux des demandeurs d’emploi.

Le SNES mettra tout en œuvre pour s’opposer à la casse du service public d’orientation de l’Education nationale. Il a transmis des propositions au Ministère de l’Education Nationale qui permettent des évolutions. Si celui-là persistait dans cette voie, les personnels n’auraient pas d’autres solutions que des actions fortes et déterminées. Le SNES s’emploiera à les mettre en œuvre.

Autres articles de la rubrique Communiqués

Mots-clés