Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sono Sion (Japon)

"Guilty of Romance" Sortie en salles le 25 juillet 2012

Izumi, la petite trentaine, mène dans l’ombre de son mari, un romancier célèbre, une existence terne dont elle se satisfait jusqu’au jour où naît en elle un désir d’indépendance.

Avec la bénédiction de son mari, elle trouve un travail et devient démonstratrice dans une grande surface où elle vante les qualités d’une marque de saucisses.

La présence d’une aussi jolie fille à ce poste attire l’attention de la directrice d’une revue leste qui lui propose de la photographier. Elle accepte de poser de plus en plus dévêtue puis de simuler une scène d’amour devant un photographe.

Saisie par l’intensité d’un plaisir auquel son mari ne l’avait pas habituée, elle finit par rencontrer un étrange mentor qui la familiarise avec l’idée de vendre son corps et se retrouve, tout en demeurant le soir, une épouse modèle, une habituée des "Love hôtels".

Jusqu’au jour où d’étranges cadavres sont découverts dans " le château", un immeuble à l’abandon.

"Guilty of Romance" clôt une trilogie de la haine commencée avec "Love Exposure" et poursuivie avec " Cold Fish" .

Ce dernier volet passe par des tonalités contrastées, allant de la drôlerie au drame, de la candeur à la perversité, de la comédie au film noir.

Il suffit de voir avec quelle innocence, quelles mimiques angéliques, Izumi, dans sa tenue de servante modèle, vante les mérite d’une marque de saucisses pour saisir la double lecture et l’ambiguïté du récit.

On en arrive très vite à se demander par quel tour de passe-passe "Guilty of romance" échappe au genre cinématographique érotique, alors que le film comprend des scènes dont la crudité rappelle le "romanesque porno" une tendance initiée par la Nikkatsu qui en a fait sa spécialité et qui a coproduit le film de Sono Sion.

Une partie de la réponse est peut-être dans le fait que le cinéaste, avant de réaliser, était un poète reconnu. A son travail sur la distanciation et sur un constant décalage du récit, sensible dans les tonalités surprenantes de la construction narrative, dans la singularité de certains personnages comme celui du mentor, aux allures de poète magicien, s’ajoute le jeu des couleurs.

L’utilisation du rose projeté suite à l’explosion des balles remplies de peinture semble avoir été voulue comme une façon de déjouer les codes du film de genre auquel, avec des scènes de sexe et de violence, "Guilty of romance" aurait pu s’apparenter.

Sono Sion est un cinéaste inclassable qui n’appartient à aucune école. Et même quand il donne comme ici dans le scabreux ou le trash, quand on pourrait le classer dans la catégorie des cinéastes de la controverse, on retient surtout de son film, la limpidité de certaines scènes et la candeur de certains personnages. Si bien que "Guilty of romance" peut aussi se voir comme une œuvre romantique.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lola vers la mer »
    Lorsque Lola, jeune fille transgenre de dix huit ans est sur le point de se faire opérer, que la phase finale de sa transformation est imminente, sa mère qui l’avait toujours soutenue dans sa... Lire la suite (7 décembre)
  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)