Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Frédéric Sojcher (France)

« HH, Hitler à Hollywood » Sortie en salles le 4 mai 2011

Alors qu’elle réalise un film documentaire consacré à Micheline Presle et à sa carrière, Maria de Medeiros découvre l’existence d’un cinéaste mystérieusement disparu en 1946. En 1939, celui-ci avait tourné avec Micheline Presle, un film qu’elle continue de considérer aujourd’hui comme un des meilleurs qu’elle ait jamais tourné, qui n’est jamais sorti en salles et dont il n’existe aujourd’hui plus aucune copie.
En poussant ses recherches, Marie de Medeiros découvre que les accords Blum-Byrnes signés en 1946 avaient pour but de favoriser Hollywood et de tuer dans l’œuf la production cinématographique européenne d’après guerre. Afin que les salles de cinéma soient plus largement, sinon exclusivement ouvertes aux productions américaines.

Pourquoi les films de Aramcheck ont-ils été l’objet d’une telle censure ? Et pourquoi surtout se donner autant de mal pour passer ses œuvres sous silence soixante dix ans après ?
Ce que Maria de Medeiros ignore, c’est que son acharnement à découvrir la vérité, à remuer de vieilles histoires volontairement enfouies, elle le fait, sinon au péril de sa vie, du moins en prenant des risques.
On connaît le titre du film en question « Je ne vous aime pas  ». On connaît le nom de son réalisateur si talentueux aux dires de Micheline Presle, Luis Aramcheck. On sait qu’il était juif et qu’il vivait en Belgique avant la guerre. On sait aussi que Micheline Presle qui y tenait le rôle principal n’a jamais eu l’occasion, pas plus à l’époque qu’au cours de ses soixante quinze ans de carrière, de voir le film.
Mais la pugnacité de Maria de Medeiros finit par payer. Elle retrouve la trace de Luis Aramcheck et aidée de son caméraman, découvre l’existence de la bande annonce d’un autre film que le cinéaste aurait tourné et dont le titre est « Hitler à Hollywood  »…
« HH Hitler à Hollywood  » commence comme un documentaire sur la carrière de Micheline Presle et se poursuit comme un thriller. Mais le récit du film évolue dans une tonalité si singulière qu’il ouvre sur plusieurs pistes. Lorsqu’on a cru comprendre qu’il pourrait s’agir d’un canular, le récit prend tout à coup des airs d’authenticité et l’espiègle Micheline Presle ou la rouée Maria de Medeiros sont là pour nous conduire sur une nouvelle piste.
Dans leurs tenues colorées, en ajoutant à leur jeu une large part de malice, en multipliant les clins d’œil et les pirouettes, en lançant des regards en direction de la caméra, l’une et l’autre et leurs comparses créent un univers proche de la bande dessinée et le personnage joué par Maria de Medeiros prend ici ou là, des airs de Tintin…
« HH Hitler à Hollywood  » est une comédie rare comme le cinéma français en réussit parfois et on savoure tout au long du récit, les apparitions savoureuses d’une foule de visages connus appartenant ou pas au milieu d cinéma.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)