Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Frédéric Sojcher (France)

« HH, Hitler à Hollywood » Sortie en salles le 4 mai 2011

Alors qu’elle réalise un film documentaire consacré à Micheline Presle et à sa carrière, Maria de Medeiros découvre l’existence d’un cinéaste mystérieusement disparu en 1946. En 1939, celui-ci avait tourné avec Micheline Presle, un film qu’elle continue de considérer aujourd’hui comme un des meilleurs qu’elle ait jamais tourné, qui n’est jamais sorti en salles et dont il n’existe aujourd’hui plus aucune copie.
En poussant ses recherches, Marie de Medeiros découvre que les accords Blum-Byrnes signés en 1946 avaient pour but de favoriser Hollywood et de tuer dans l’œuf la production cinématographique européenne d’après guerre. Afin que les salles de cinéma soient plus largement, sinon exclusivement ouvertes aux productions américaines.

Pourquoi les films de Aramcheck ont-ils été l’objet d’une telle censure ? Et pourquoi surtout se donner autant de mal pour passer ses œuvres sous silence soixante dix ans après ?
Ce que Maria de Medeiros ignore, c’est que son acharnement à découvrir la vérité, à remuer de vieilles histoires volontairement enfouies, elle le fait, sinon au péril de sa vie, du moins en prenant des risques.
On connaît le titre du film en question « Je ne vous aime pas  ». On connaît le nom de son réalisateur si talentueux aux dires de Micheline Presle, Luis Aramcheck. On sait qu’il était juif et qu’il vivait en Belgique avant la guerre. On sait aussi que Micheline Presle qui y tenait le rôle principal n’a jamais eu l’occasion, pas plus à l’époque qu’au cours de ses soixante quinze ans de carrière, de voir le film.
Mais la pugnacité de Maria de Medeiros finit par payer. Elle retrouve la trace de Luis Aramcheck et aidée de son caméraman, découvre l’existence de la bande annonce d’un autre film que le cinéaste aurait tourné et dont le titre est « Hitler à Hollywood  »…
« HH Hitler à Hollywood  » commence comme un documentaire sur la carrière de Micheline Presle et se poursuit comme un thriller. Mais le récit du film évolue dans une tonalité si singulière qu’il ouvre sur plusieurs pistes. Lorsqu’on a cru comprendre qu’il pourrait s’agir d’un canular, le récit prend tout à coup des airs d’authenticité et l’espiègle Micheline Presle ou la rouée Maria de Medeiros sont là pour nous conduire sur une nouvelle piste.
Dans leurs tenues colorées, en ajoutant à leur jeu une large part de malice, en multipliant les clins d’œil et les pirouettes, en lançant des regards en direction de la caméra, l’une et l’autre et leurs comparses créent un univers proche de la bande dessinée et le personnage joué par Maria de Medeiros prend ici ou là, des airs de Tintin…
« HH Hitler à Hollywood  » est une comédie rare comme le cinéma français en réussit parfois et on savoure tout au long du récit, les apparitions savoureuses d’une foule de visages connus appartenant ou pas au milieu d cinéma.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)