Actualité théâtrale

Jusqu’au 7 février au Théâtre Paris-Plaine

« Hänsel et Gretel »

Proposer à des enfants à partir de 5 ans un opéra avec quatre chanteurs lyriques et trois musiciens sur scène, c’est tout à fait possible et c’est une réussite. On retrouve donc le célèbre conte de Grimm où Hänsel et Gretel, lassés de ne manger que du pain et de faire des travaux domestiques fastidieux, se mettent à jouer et à s’amuser. Leur mère furieuse les envoie chercher des fraises dans les bois. Leur père rentrant avec des vivres, les parents sont gagnés par l’inquiétude, car dans la forêt vit la terrible sorcière qui cuit les enfants pour les transformer en pain d’épice. Qu’adviendra-t-il des deux enfants ?
Sur ce conte, Engelbert Humperdinck a écrit une musique qui allie poésie et humour. Quatre comédiens-chanteurs lyriques (Violaine Fournier et Margot Dutilleul dans les rôles d’Hänsel et Gretel, Agnès Bove dans celui de la mère et de la sorcière et Hervé Hennequin dans celui du père) accompagnés d’un piano, d’un violoncelle et d’une clarinette nous font entrer dans le conte. La belle mise en scène de Ned Grujic, évolue du réalisme (la maison familiale où la blancheur dépouillée et le vide renvoient à la pauvreté de la famille) à la poésie et à la fantaisie (les enfants dans la forêt) et enfin à la magie de la maison de la sorcière qui évoque la surconsommation avec ce qu’elle a de séduisant mais aussi d’inquiétant.
Les panneaux blancs qui de meubles se transformaient en arbres, deviennent des murs de paquets de gâteaux et de bonbons sous les yeux émerveillés des petits spectateurs qui poussent en cœur un soupir de désir ! La sorcière est à la fois comique et tentante puisque sa robe est elle-même une sucrerie, mais aussi terrible ! On peut la voir comme une métaphore de la société de consommation qui asservit les consommateurs et va jusqu’à les consommer (les consumer même !). Le conte s’éclaire de thèmes qui font écho à notre société : la pauvreté et ses conséquences sur la cellule familiale, l’envie de posséder et les tentations de la société de consommation. Quant aux jeunes spectateurs, passée la première inquiétude – « ils ne vont pas parler du tout, ils ne vont que chanter ? » – ils se laissent séduire par la musique, le chant, la magie des décors et se montrent très enthousiastes à la sortie.
Micheline Rousselet

Espace Paris Plaine
13 rue du Général Guillaumat, 75015 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur
réservation impérative) : 01 40 43 01 82
jusqu’au 7 février, mercredi, samedi, dimanche à 15 h

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La valse d’Icare »
    Un musicien qui s’est perdu dans le succès se retrouve au chevet de son fils, plongé dans le coma, et se retourne sur les années qui viennent de s’écouler. Fuyant un père plongé dans ses maquettes... Lire la suite (14 décembre)
  • « Au café Maupassant »
    Quoi de mieux qu’une brasserie pour observer les hommes et les femmes, écouter leurs dialogues, percevoir leurs mesquineries, leurs désirs, leurs angoisses, surtout quand on le fait en compagnie de... Lire la suite (13 décembre)
  • « Granma, les trombones de La Havane »
    Cuba a fêté cette année le soixantième anniversaire de sa Révolution. Désormais, alors que Fidel Castro est mort, que reste-t-il des idéaux et de l’espoir que souleva et soulève encore cette révolution,... Lire la suite (12 décembre)
  • "Portrait de Ludmilla en Nina Simone"
    « Portrait de Ludmilla en Nina Simone » est repris du 13 au 21 décembre au Théâtre des Abbesses 31, Rue des Abbesses 75018 Paris - 01 42 74 22 77 https://www.theatredelaville-paris.comLire la suite (11 décembre)
  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)