Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marie-Pierre Brêtas (France)

"Hautes Terres" Sortie en salles le 15 octobre 2014.

Dans le Nordeste du Brésil, Vanida, son mari Antonio et une vingtaine d’autres familles se sont battus pour obtenir des terres dont ils deviendraient propriétaires un jour.

Ils ont été soutenus dans leur combat de quatre années, par le syndicat des "Sans terre".

S’ils ont fini par obtenir satisfaction sous certaines conditions, ils se sont retrouvés face à un territoire aride, menacé par la sècheresse, inapte en l’état à l’élevage de bétail.

Ceux qui, toute leur vie, ont dépendu d’un patron, se trouvent tout à coup confrontés aux contraintes de la gestion collective des terres et cette aventure s’avère être plus difficile encore que celle de la conquête.

Devant l’ampleur de la tâche à effectuer, règnent une bonne humeur, un enthousiasme que vont venir nuancer la mise en place de l’organisation, les décisions à prendre passées par un vote à main levée.

Une hiérarchie n’est-elle pas en train de se créer au sein du Collectif ?

Marie-Pierre Brêtas fut, très jeune, marquée par une projection de " Antonio Das Mortes" de Glauber Rocha. Les paysages rappelaient les westerns qu’elle aimait regarder et elle ne parvenait pas à saisir qui était le bon et le méchant dans l’histoire.

Beaucoup plus tard, installée au Brésil, elle a voyagé dans le Nordeste et aimé cette région. Elle a entrepris des recherches sur les Cangaceiros. Elle a séjourné dans une petite bourgade nommée Sao José da Lagoa Tapada et elle y a retrouvé ce qui l’avait autrefois fascinée chez Glauber Rocha.

Elle parvient à intégrer une communauté rurale et, à l’intérieur de cette communauté, elle rencontre Vanida et Antonio qui travaillaient comme métayers. L’idée de " Hautes terres" naît de sa rencontre avec ce couple qui dégageait une grande puissance de vie.

Le tournage s’est effectué sur plusieurs périodes et il a suivi les différentes phases de l’"aventure", avec à chaque nouveau tournage, des événements qui venaient contrarier les acquis narratifs précédents.

La tâche qui attend la communauté est considérable : construire les habitations, débroussailler, venir à bout d’une végétation difficile à déraciner, concilier la consommation en eau avec le pâturage des animaux.

Marie-Pierre Brêtas filme la construction des habitations dans un climat d’enthousiasme communicatif mais le film devient plus grave lorsque, dans une deuxième partie, elle filme les réunions de la communauté où se dévoilent des disparités de points de vue à propos des ressources de première nécessité, leur gestion, leur partage.

"Hautes terres " révèle la façon dont cette société se construit, la place très forte des femmes dans les phases décisionnaires.

Les femmes prennent dans ce domaine, le relais des hommes exténués à la fin d’une journée de travail et il se crée, entre les uns et les autres, un bel équilibre, complexe et riche qui va à l’encontre de toutes les idées reçues sur les fonctionnements de ces sociétés rurales.

Le personnage en apparence impénétrable de la vieille dame, Zefinha, incarne une mémoire très ancienne du lieu, une culture minérale et terrienne.

Un très beau constat chargé autant d’enthousiasme que de douleur…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)