Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Edgar Reitz (Allemagne-France)

"Heimat. 1 : Chronique d’un rêve. 2 : L’exode." Sortie en salles le 16 octobre 2013.

Le film relate l’histoire de la famille Simon, composée du père forgeron, de Margret la mère, Lena la fille aînée, Gustav et Jakob les fils, Jettchen et Florinchen, leurs futures épouses, entre 1842 et 1844.

Comme des dizaines de milliers d’autres allemands accablés par les famines, la pauvreté et la politique oppressante des gouvernants, les petits exploitants agricoles devaient, pour assurer la survie de leurs familles, exercer un autre métier.

Jakob, le benjamin de la famille qui ne montre guère de dispositions pour le travail de la terre, caresse le projet d’émigrer au Brésil mais le retour de Gustav du service militaire fait chanceler ses projets.

Il appartient à la première génération des ruraux alphabétisés (La Prusse, dont les frontières englobaient depuis 1815 le Hunsrück, avait introduit la scolarité obligatoire généralisée). Plutôt que d’aider à la forge, il lit tous les livres qu’il peut se procurer et étudie les langues des indiens d’Amazonie.

L’alphabétisation fit apparaître une génération qui en savait plus sur le monde que ce que tradition, catéchisme et bon sens paysan pouvaient transmettre. Des connaissances en histoire, géographie et politique lui fit prendre conscience de l’étroitesse de leur pays et de l’absence de perspectives.

C’est ici que la vague d’émigration puisa sa dynamique.

Or ces artisans-paysans étaient des colons parfaits dont le Brésil avait besoin.

"Heimat" est une fresque paysanne d’une durée de quatre heures, tournée en noir et blanc et en cinémascope, qui met en présence trois générations de ces paysans-artisans : les aïeuls solidement attachés aux traditions, les parents soucieux du présent et les enfants tournés vers l’émigration mais que l’attachement à la cellule familiale retient.

Le personnage de Jakob, sur lequel repose le récit, réunit toutes les chances de pouvoir s’exiler : la culture qu’il a acquise dans les livres, l’apprentissage de langues étrangères et les connaissances historiques et géographiques.

Mais ce ne sera pas lui, le plus attiré par l’ailleurs, celui qui vit le plus à l’étroit dans le périmètre familial, qui s’exilera. Il verra son frère Gustav réaliser un projet qui lui revenait.

C’est Gustav qui saura faire fi des liens familiaux et qui, malgré les supplications de sa mère, entamera le long périple vers le Brésil.

La mort hante d’un bout à l’autre ce film magnifique et poignant qui ne fait que rendre compte des conditions de vie de l’époque. Les séquences de la vie paysanne dans de vastes paysages, le fil des saisons, sont magnifiquement photographiées comme le sont des moments plus intimes dans la modestie des demeures.

La scène où la mère énumère les prénoms des enfants que la mort a emportés en bas âge, celle qui montre l’impuissance de la médecine à soigner une diphtérie, renseignent sur une époque où les épreuves étaient plus nombreuses que les moments de plaisir.

"Heimat" est une œuvre d’ampleur. La longueur du film qui sortira certainement en deux épisodes ne doit surtout pas décourager…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Menina »
    Luisa est une fillette d’une douzaine d’années née en France de parents portugais et qui a du mal à trouver son identité. Elle est d’une étonnante maturité. Elle porte un regard incisif sur le monde... Lire la suite (17 décembre)
  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)