Autour du Jazz

Henri Salvador, pataphysicien borisien et vianesque.

Déjà le volume 4, pour cette « Intégrale Henri Salvador », déjà les années 1956-1958 qui voient la collaboration avec Boris Vian prendre réellement son envol. Tous les rythmes vont y passer, rythmes à la mode en ces années de fin de la IVe république, calypso, jazz, chansons sentimentales et rock pour se terminer par le charleston qui fait un retour de mode. Pour corser ce tout, Henri chante aussi en anglais. Je ne sais si ces 45 tours se sont bien vendus outre atlantique mais le résultat vaut le détour d’oreille.

Cette intégrale mêle le très connu, « je peux pas travailler » ou les rocks délirants comme ce « Rock and Roll Mops » pour qui j’ai un faible, et le presque inconnu dont « La petite Hutte ».


Ce volume démarre avec une publicité pour la lessive, un duo farfelu Maurice Biraud/Henri enregistré en public. Daniel Nevers raconte, dans le livret, la place de cet échange pour former les futurs hommes du marketing comme on ne disait pas encore à l’époque. Un livret nécessaire pour apprécier l’art bizarre de ce musicien capable de toutes les outrances. Daniel Nevers fait aussi état de la place de Canetti dans ce monde étrange du show biz et du poste occupé par Boris Vian.

Derrière la musique, se dessine une époque. Les thèmes des chansons sont comme la négation de la période politique marquée par la guerre d’Algérie. Boris Vian a déjà composé « Le déserteur » que Mouloudji chanta le premier en 1953. Henri, Boris et Michel Legrand préfèrent la farce, l’ironie pour tracer un sillon culturel en prise avec la jeunesse du temps qui écoute du be-bop.

Le début de ce coffret recèle un trésor, déjà réédité c’est vrai, mais qui devra être entendu avec une attention soutenue. Henri Salvador fait la démonstration de son talent de guitariste dans la lignée non pas de Django Reinhardt mais plutôt – il le dira lui-même – de Al Casey, guitariste remarqué dans les petits groupes de « Fats » Waller qui joue en accord.

Un Henri Salvador presque au sommet…

Nicolas Béniès.

« Intégrale Henri Salvador, 1956 – 1958, volume 4, Salvador plays the blues & sings in english », livret de Daniel Nevers, Frémeaux et associés .

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • "Trane Steps ", Claire Michael
    Un album qui s’intitule « Trane Steps » laisse immédiatement un parfum fait de nostalgie, de force de ce génie jamais dépassé et d’inquiétude. Est-il possible d’évoquer Trane sans se renier, sans se... Lire la suite (Décembre 2014)
  • « Three times three », Antonio Sanchez
    Le batteur mexicain Antonio Sanchez qui enregistre sur le label italien CamJazz s’est décidé à franchir un pas. Il a été enregistré à New York, la Mecque du jazz même si elle est sur le déclin, avec... Lire la suite (Décembre 2014)
  • « Pewter Session », Stéphane Guillaume quartet
    Stéphane Guillaume a longtemps été un saxophoniste prometteur – même s’il joue aussi de la flûte et d’autres instruments. Musicien accompli, ses compositions recelaient un parfum de modernité qu’il... Lire la suite (Novembre 2014)
  • « Film of life », Tony Allen
    Tony Allen est batteur et non pas percussionniste. La nuance semble subtile mais elle est d’importance. La batterie est un instrument créé par et pour le jazz. Elle n’existe dans aucune autre... Lire la suite (Novembre 2014)
  • « Mazal », Aziz Sahmaoui
    Un souvenir, l’orchestre national de Barbès et son « groove », son enthousiasme aussi et cette musique qui faisait bouger les corps. Son chanteur et joueur de mandole, Aziz Sahmaoui, faisait preuve... Lire la suite (Novembre 2014)