Autour du Jazz

Rattrapage (encore…)

« Hermit’s dream », Laurent Bonnot La bande à (et de) Bonnot.

Laurent Bonnot, bassiste électrique de cette Fender Bass (du nom de son inventeur, dans les années 1950 utilisée pour une des premières fois par Monk Montgomery), a réuni, autour d’un rêve d’ermite, quelques figures du jazz français pour les faire se dialoguer. Il s’est réservé un double rôle, compositions (sauf une de Pierre Perchaud) et assise rythmique pour indiquer les métriques qu’il juge nécessaires. Il prend, ce faisant, la place du batteur qui disparaît.

Cette basse se fait entendre et fort dans toutes les musiques de notre air du temps. Cette basse s’est imposée à partir de James Brown et de Sly pour couvrir toute la musique qu’elle soit électronique ou non.

Il fallait lui donner une place plus singulière et plus modeste pour la faire revivre, montrer qu’elle vaut mieux que sa réputation. Un pari réussi. Il faut que la troupe ne s’en laisse pas conter. Serge Lazarevitch à la guitare, un de ces guitaristes électriques qu’il faut savoir écouter tellement franc-tireur qu’il a du mal à se faire reconnaître mais d’une maîtrise étonnante, capable de s’y retrouver dans toutes les ambiances, Laurent Dehors, clarinette et clarinette basse, retrouvant toutes les mémoires du jazz pour les dérouter et Médéric Collignon, à la trompette, au bugle et au scat – sur une après midi, en duo avec le bassiste pour un voyage sidérant comme souvent.

Jazz : Bonnot

« Hermit’s Dream » interroge. A quoi peut bien rêver un ermite ? Si l’on en croit les titres on répondra qu’il fait partie, cet ermite, d’un clan des hirsutes qui se regardent en chien de faïence pour construire un nouvel âge – le monde en a besoin – avant de formuler une dernière requête une après midi (d’un faune sans doute, en forme de Collignon) où se font voir les belles-flânantes qui chantent une ballade pour tout le monde.

Traduction libre : des musiques et des métriques étranges pour faire surgir un nouveau paysage provenant de notre imagination libérée. Laurent Bonnot sait faire chanter sa basse, soudain légère et lumineuse. Musiques hermétiques au départ, elles supposent plusieurs écoutes pour en percer le mystère…

Nicolas Béniès

« Hermit’s dream », Laurent Bonnot, Label La Durance distribué par Orkhêstra International.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Frédéric Borey « Butterflies trio »
    Frédérique Borey aime le trio cher au cœur de Sonny Rollins, saxophone ténor/contrebasse/batterie qui suppose une mise en commun pour un engagement de tous les instants. Cette modalité de trio a été... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Facettes de Daniel Zimmermann.
    Deux albums viennent de paraître qui permettent de dresser un portrait contrasté du trombone jeté dans les eaux troubles du jazz via Daniel Zimmermann, l’un des virtuoses de cet instrument singulier... Lire la suite (Novembre 2019)
  • Chloé Perrier et son cœur français
    Chloé Perrier, chanteuse et actrice, livre un album qui devrait faire jaser. Reprendre des chansons françaises devenues des standards américains – eh oui ça existe - pour se les approprier ressemble à... Lire la suite (Novembre 2019)
  • Nat « King » Cole, 100e
    Nathaniel Adams Coles – le nom d’état civil de Nat King Cole – est né le 17 mars 1919 à Montgomery, dans l’Alabama. La vie est dure dans ces contrées pour un enfant noir, fils de pasteur baptiste. Le... Lire la suite (Octobre 2019)
  • Céline Bonacina propose de voler
    L’album est signé : « Fly Fly » - vole vole » - « to the Sky » surligne une composition du contrebassiste Chris Jennings, vers les cieux pour rejoindre, pourquoi pas ?, Charlie Parker, « Bird ». A... Lire la suite (Octobre 2019)