Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

A la maison de le Poésie, jusqu’au 23 mai

"Héros limite Ghérasim Luca" Mise en scène Laurent Vacher

Une fois de plus la Maison de la Poésie nous surprend avec ce spectacle singulier construit autour de la lecture de textes de Guérasim Luca, poète né à Bucarest en 1913 et qui se suicida en se jetant dans la Seine en 1994.
Une étonnante écriture à propos de laquelle on s’interroge sur la meilleure façon de l’approcher. On se méfie de la lecture qu’on pourrait en faire soi-même tant elle semble fragile et l’on se dit que le moindre contre-temps pourrait la réduire en miettes, la désagréger…
La lecture qu’en fait Alain Fromager sur le plateau de la grande salle de la Maison de la Poésie, parfois accompagné de l’accordéon de Johann Rich, parfois pas, est sans doute l’idéal pour un premier contact avec l’écriture acrobatique du poète.

© Christophe Raynaud de Lage

A l’écouter dire, il semblerait qu’on a rassemblé une pelletée de lettres en vrac qu’on les a projetées en l’air et que par un mystérieux tour de magie, il est retombé des mots qui se sont organisés en phrases, curieusement associées les unes aux autres dans une sorte d’hésitation, de bégaiement qui jouent avec la syntaxe, renversent, bouleversent, amusent et parfois font rire. S’il se produit des "rencontres inspirées" entre un auteur et un comédien, ce spectacle en est la preuve.
Alain Fromager s’empare du texte avec une gourmandise, une malice et un tel plaisir communicatif qu’on se laisse promener pas les mots et leur balancement jusqu’au déséquilibre, comme on poserait tout en haut, la dernière pièce d’un château de cartes.
Et puis il y a l’accordéon de Johann Rich. Il ne s’agit pas d’accompagner les textes mais de proposer, à côté, une création musicale en réponse au jeu de l’écriture singulière. et pour mieux accompagner le spectateur jusqu’au bout du souffle et de l’émotion…
"Héros Limite" est un spectacle fragile mais audacieux, solidement construit, porté par un comédien remarquable et un musicien qui l’est tout autant, tous deux merveilleusement inspirés par la poésie généreuse et presque insolente de Ghérasim Luca.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Deux polars, de Pologne et de Slovaquie
    Du côté de Varsovie Zygmun Miloszewski est salué, à juste raison à la lecture de « Te souviendras-tu de demain ? », comme un romancier qui compte. Il met en scène un couple de vieux amants mariés,... Lire la suite (25 août)
  • « A tombeau ouvert », Raul Argemi
    Raoul Argemi, aujourd’hui journaliste, romancier et homme de théâtre, fut, en 1975, un des acteurs de la lutte armée contre la dictature. Cette expérience sert de toile de fond à ce roman, « A tombeau... Lire la suite (23 août)
  • « Une année de cendres », Philippe Huet
    . Philippe Huet longtemps rédacteur en chef adjoint de Paris Normandie a voulu, dans « Une année de cendres », raconter l’histoire de deux truands qui ont tenu Le Havre de la fin de la seconde... Lire la suite (23 août)
  • « Stoneburner », William Gray
    William Gray (1941-2012) est considéré, aux Etats-Unis comme le maître du « Southern Gothic », un genre qui mélange allègrement le noir avec des ingrédients tenant du grotesque ou du surréel venant en... Lire la suite (22 août)
  • Spécial James Lee Burke.
    Dave Robicheaux, flic de Louisiane, est le personnage clé de l’œuvre de James Lee Burke, son double plus sans doute que ses autres personnages. Robicheaux c’est la Nouvelle-Orléans, sa corruption,... Lire la suite (1er août)