Actualité théâtrale

Jusqu’au 16 juillet au Théâtre de poche Montparnasse

« Histoire du soldat »

C’est en 1918 que l’amitié de Charles-Ferdinand Ramuz et Stravinsky va donner naissance à ce petit chef d’œuvre. S’inspirant d’un conte populaire russe, cette histoire est celle d’un jeune soldat partant en permission qui accepte de vendre son petit violon à un homme. En échange, celui-ci lui donne un livre, qui le rendra riche, puisqu’il pourra y lire l’avenir, mais il découvre vite qu’il a vendu son âme au diable.

Théâtre : Histoire du soldat

Ramuz et Stravinsky ont détaché le conte de son contexte russe pour le rendre universel. On part de l’histoire du soldat mais on va vers des choses plus profondes, la vie, les choix que l’on doit faire, la mort. Le soldat est une image du peuple, la victime, le diable est l’ennemi et le livre qu’il donne au soldat peut être vu comme une image du matérialisme qui conduit au malheur, comme le constate le petit soldat lorsqu’il dit « j’ai tout et je n’ai rien ». Le lecteur, troisième personnage du conte, rappelle que l’on ne peut pas tout avoir, que « l’on ne peut pas être à la fois qui on est et qui on était ».

Stravinsky avait conçu une orchestration dépouillée pour en faire « une espèce de petit théâtre ambulant » : sept musiciens sur scène avec deux instruments de chaque famille, le plus aigu et le plus grave, plus les percussions. Le texte de Ramuz, avec ses répétitions, son mélange de rime et de prose rythmée épouse la complexité de la rythmique de Stravinsky.

Dans sa mise en scène Stéphane Druet a placé, comme le voulait Stravinsky, l’orchestre sur la scène. L’histoire se joue devant les musiciens, en pantalon rouge et vareuse bleue, alignés au fond de la scène face au chef d’orchestre en costume de capitaine. Les jeunes musiciens de l’Orchestre-Atelier Ostinato mettent toute leur fougue et leur talent au service de la partition. Ils défilent à la queue leu-leu, se rangent, s’asseyent, se lèvent dans une sorte de chorégraphie bien organisée. Fabian Wolfrom a la jeunesse et la naïveté du soldat. Il pense avoir gagné le gros lot mais comprend vite qu’il est tombé dans la gueule du diable, il espère le berner mais retombe dans le piège qui se referme sur lui. Licino Da Silva, qui a travaillé entre autres au Théâtre du Soleil, prend beaucoup de plaisir à incarner un diable drôle, séducteur, manipulateur, fou de colère quand les faits lui résistent mais suffisamment rusé pour l’emporter à la fin. Le rôle muet de la princesse est tenu par une danseuse qui arrive par la salle comme une ombre et danse devant un soldat immédiatement conquis. Sous la direction de Stéphane Druet, Claude Aufaure qui a travaillé avec des metteurs en scène comme Vitez, Chéreau, Roger Blin et bien d’autres, devient l’auteur en même temps que le lecteur de cette Histoire du soldat . Avec ses cheveux blancs, assis à un pupitre d’écolier il observe le soldat aux prises avec le diable. Il entrera dans le jeu une fois pour sauver le soldat, mais ne peut plus rien pour lui la seconde fois. Surtout Claude Aufaure réussit à merveille à s’adapter à la musicalité si particulière de la partition de Stravinsky, scandant son propos comme un ancêtre de rappeur, « mettant la virgule en majesté », jouant des silences comme des ruptures, tout en conservant au texte de Ramuz sa poésie délicate.

C’est toute la complicité du musicien et du poète que l’on retrouve dans cette mise en scène et cette interprétation si fidèle à l’esprit de l’œuvre. La proximité avec les musiciens et les acteurs dans la petite salle du Poche Montparnasse permet d’en apprécier encore plus la fraîcheur et la puissance.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)