Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Léos Carax (France)

"Holy Motors" Sortie en salles le 4 juillet 2012

Un homme d’affaires sort de chez lui, salué par sa famille depuis la terrasse de la maison et monte à bord d’une longue limousine immaculée conduite par Céline, sa secrétaire zélée. Après une conversation au téléphone avec des collaborateurs, il confirme un RV pour le soir au Fouquet’s. Mais aussitôt après, sans quitter l’habitacle de la voiture, il se transforme en une vieille femme qu’on retrouve, marchant péniblement, en mendiante des rues.

Mr Oscar sera ainsi tour à tour un grand patron, un meurtrier, une créature monstrueuse, un père de famille ordinaire, tel un tueur consciencieux allant de gage en gage. Il achèvera sa journée, passée à multiplier les métamorphoses, par une ultime rencontre sur la terrasse de la Samaritaine, avec une femme qui a sans doute été son grand amour manqué.

Pour quelles raisons le dernier Festival de Cannes a-t-il retenu le film énigmatique et à première vue sans réelle envergure de Léos Carax pour la sélection officielle ?

Peut-être la crainte de laisser passer le chef d’œuvre d’un cinéaste visionnaire qui verra peut-être, dans quelques années, son œuvre reconnue et vouée à la postérité. Peut-être en prenant le risque de monter en épingle un simple film de passage, modeste, dont le mérite se limiterait à obéir aux codes de l’air du temps et à se laisser aller à quelques audaces technologiques.

Il ne reste plus au spectateur curieux de ces narrations chaotiques mais ici, non sans charme, le soin de trancher, d’opter pour le chef-d’œuvre ou pour le film sans ampleur, et de trouver un sens à la succession de métamorphoses.

Denis Lavant, comédien fétiche du cinéaste, est parfait et donne un vrai contour à chacun des personnages qu’il prend à bras-le-corps. La présence d’Edith Scob (Céline) fait référence au cinéma de Franju dont elle fut l’interprète et que Carax admire.

"Il faut que ce soit drôle avant la fin" dit en substance Mr Oscar à Céline. Promesse tenue mais nous avions pris un temps d’avance car "Holly Motors " surprend souvent par son humour.

Le film de Léos Carax a obtenu le Prix de la Jeunesse 2012 à Cannes.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le photographe »
    Rafi est un modeste photographe de rue. Rien ne le préparait à sa rencontre avec Milani, une jeune fille discrète issue de la classe moyenne de Bombay, ni au fait qu’elle accepterait de le revoir le... Lire la suite (22 janvier)
  • « Merveilles à Montfermeil »
    Joëlle et Kamel sont en instance de divorce. Ils font tous les deux partie de l’équipe municipale de la nouvelle maire de Montfermeil, Emmanuelle Joly. Toute l’équipe travaille activement sur le... Lire la suite (7 janvier)
  • « Les siffleurs »
    C’est au son de « The passenger » interprété par Iggy Pop que l’inspecteur de police Cristi débarque sur l’île de Gomera afin d’apprendre le Silbo, une langue sifflée ancestrale classée au patrimoine... Lire la suite (5 janvier)
  • « Cunningham »
    « Cunningham », le film d’Alla Kovgan, suit la carrière du chorégraphe Merce Cunningham depuis ses premières années comme danseur dans le New-York d’après guerre jusqu’à la révélation et la reconnaissance... Lire la suite (Décembre 2019)
  • « Le miracle du Saint Inconnu »
    En possession de son magot, Amine fuit la police mais, sa voiture tombée en panne, il a tout juste le temps de creuser un trou et d’enterrer le sac contenant les liasses de billets au sommet d’un... Lire la suite (Décembre 2019)