Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Léos Carax (France)

"Holy Motors" Sortie en salles le 4 juillet 2012

Un homme d’affaires sort de chez lui, salué par sa famille depuis la terrasse de la maison et monte à bord d’une longue limousine immaculée conduite par Céline, sa secrétaire zélée. Après une conversation au téléphone avec des collaborateurs, il confirme un RV pour le soir au Fouquet’s. Mais aussitôt après, sans quitter l’habitacle de la voiture, il se transforme en une vieille femme qu’on retrouve, marchant péniblement, en mendiante des rues.

Mr Oscar sera ainsi tour à tour un grand patron, un meurtrier, une créature monstrueuse, un père de famille ordinaire, tel un tueur consciencieux allant de gage en gage. Il achèvera sa journée, passée à multiplier les métamorphoses, par une ultime rencontre sur la terrasse de la Samaritaine, avec une femme qui a sans doute été son grand amour manqué.

Pour quelles raisons le dernier Festival de Cannes a-t-il retenu le film énigmatique et à première vue sans réelle envergure de Léos Carax pour la sélection officielle ?

Peut-être la crainte de laisser passer le chef d’œuvre d’un cinéaste visionnaire qui verra peut-être, dans quelques années, son œuvre reconnue et vouée à la postérité. Peut-être en prenant le risque de monter en épingle un simple film de passage, modeste, dont le mérite se limiterait à obéir aux codes de l’air du temps et à se laisser aller à quelques audaces technologiques.

Il ne reste plus au spectateur curieux de ces narrations chaotiques mais ici, non sans charme, le soin de trancher, d’opter pour le chef-d’œuvre ou pour le film sans ampleur, et de trouver un sens à la succession de métamorphoses.

Denis Lavant, comédien fétiche du cinéaste, est parfait et donne un vrai contour à chacun des personnages qu’il prend à bras-le-corps. La présence d’Edith Scob (Céline) fait référence au cinéma de Franju dont elle fut l’interprète et que Carax admire.

"Il faut que ce soit drôle avant la fin" dit en substance Mr Oscar à Céline. Promesse tenue mais nous avions pris un temps d’avance car "Holly Motors " surprend souvent par son humour.

Le film de Léos Carax a obtenu le Prix de la Jeunesse 2012 à Cannes.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Menina »
    Luisa est une fillette d’une douzaine d’années née en France de parents portugais et qui a du mal à trouver son identité. Elle est d’une étonnante maturité. Elle porte un regard incisif sur le monde... Lire la suite (17 décembre)
  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)