Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Guillaume Nicloux (France)

"Holyday" Sortie en salles le 8 décembre

Michel Trémois, sa jeune femme Nadine et sa belle mère Chistiane ont retenu des chambres pour le week-end, dans un luxueux hôtel. Le couple a opté pour ces deux jours au vert afin de se retrouver et de remettre en état leur sexualité en mauvaise forme. Christiane, une femme encore verte est venue se remettre d’une déception amoureuse récente.
Mais l’établissement est en partie en travaux et les chambres encore habitables sont occupées par de bien étranges personnages. Une belle femme brune et son compagnon, un architecte nain amateurs de fêtes en petit comité, un étrange détective en pleine rage de dents, un gynécologue dépressif, une nymphomane et son partenaire soumis et Eva Lopez, une cantatrice transsexuelle, propriétaire de l’hôtel, flanquée de sa secrétaire. S’ajoutent une femme de chambre qui se sent cernée par des présences surnaturelles et, à l’accueil, un employé qui de sa place, observe les allées et venues…

© MK2 Diffusion

Les situations les plus burlesques vont se succéder au hasard des rencontres entre les clients de l’hôtel, jusqu’au moment où, au petit matin, on découvre Eva Lopez pendant au bout d’une corde dans sa chambre… Michel Trémois, qui est le dernier à avoir rencontré la cantatrice, devient le premier suspect.
Guillaume Nicloux a voulu réaliser une comédie policière et "polisexe" (comme c’est mentionné dans le dossier de presse) déjantée, fonctionnant sur un rythme effréné et sur les caractéristiques particulières et hautes en couleur de personnages nombreux confrontés à des situations cocasses.
Il a choisi le huis-clos et lorgné du côté d’une énigme à la Agatha Christie mais la mécanique qu’il enclenche est grippée dès le départ de l’histoire. Aucun des personnages en présence, malgré la charge de singularité dont il les affuble, n’est vraiment inquiétant et les situations sont d’entrée alourdies par le sexe, le sado-masochisme des uns, le goût pour les parties fines chez d’autres, la rencontre entre une femme vieillissante et un artiste gigolo ex-repris de justice, la jeune femme frigide et son mari, amant brouillon…
Et cette histoire qui se voudrait déjantée, loufoque, burlesque tourne le plus souvent à vide et ne finit par refléter que confusion et maladresse. Le dialogue est souvent laborieux et la seule comédienne qui tire son épingle du jeu est Françoise Lebrun qui campe une femme de ménage hantée par les extra-terrestres.
Guillaume Nicloux nous avait habitués à mieux avec une adaptation du "Poulpe", "Une affaire privée" ou "Cette femme-là".
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)