STI2D

Horaires STI2D et analyses SNES-FSU

Document SNES /Comparatif horaire STI2D/ DGESCO projet Blanquer et analyses

Classe de première :

{{}} Première STI2D Projet DGESCO  différentiel
Enseignements généraux
Mathématiques 4h 3h -1h
Physique-Chimie 3h -3h
LV1 et LV2 + ETLV* 3h+1h 4h
Français 3h 3h
Histoire-géographie 2h 1h30 -0h30
EMC 0h30 0h30
EPS 2h 2h
Total heures « général » 18h30 14h - 4h30
Enseignements « technologiques »
Innovation technologique 7h 3h -4h
Ingénierie et Développement durable - I2D 5h 9h +4h
Physique-Chimie et Mathématiques 6h +6h
Total heures « techno » 12h00 18h + 6h
Total heures(hors AP et enseignement facultatif) 29h30 29h00 -0h30
Enveloppe horaire « laissée à disposition » 16h 14h** -2h

* Enseignement technologique en LVA

** Ces 14h ne serviront pas exclusivement à des dédoublements. Elles financeront d’autres objets comme l’AP ou les options, ce que le SNES conteste bien évidemment en demandant des financements spécifiques.

Classe de terminale :

{{}} TERMINALE STI2D Projet DGESCO différentiel
Enseignements généraux
Mathématiques 4h 3h -1h
Physique-Chimie 3h -3h
Philosophie 2h 2h
LV1 et LV2 + ETLV* 3h+1h 4h idem
Histoire-géographie 1h30 +1h30
EMC 0h30 0h30
EPS 2h 2h
Total « général » 15h30 13h00 - 2H30
Enseignements « technologiques »
Ingénierie, Innovation et développement durable (2I2D)avec 1 option parmi **:Innovation Technologique et éco-conception ITEC, Architecture et Construction AC,Énergie et Environnement EE,Systènes d’information et numérique SIN 5h + 9h 12h -2h
Physique-Chimie et Mathématiques 6h +6h
Total heures « techno » 14h00 18h00 Plus 4h00
Total heures 29h30 31h + 1h30
Enveloppe horaire « laissée à disposition » 16h 14h*** - 2h

{{}}* Enseignement technologique en LVA

** La réintégration de ces enseignements spécifiques dans le projet CSL a été obtenue après nos interventions en CSL

*** Ces 14h ne serviront pas exclusivement à des dédoublements. Elles financeront d’autres objets comme l’AP ou les options, ce que le SNES conteste bien évidemment en demandant des financements spécifiques.

Analyses du SNES :

Le Volume horaire élèves est en augmentation sur le cycle terminal. Mais l’enseignement scientifique est renforcé au détriment de l’enseignement technologique, d’une part par le prélèvement de deux heures sur l’enseignement de spécialité, et d’autre part par une diminution notable des heures disponibles pour les groupes à effectif réduit.

De fait, la filière technologique STI2D devient plus généraliste, alors que ses points forts, ses réussites, et son attrait reposaient sur les enseignements technologiques, en groupe, dans des laboratoires et des ateliers dédiés, permettant les manipulations indispensables à la compréhension des savoirs techniques.

Ainsi de nombreux points négatifs demeurent :

  • Toutes les options de Seconde sont facultatives  :

Comment prendre connaissance de la spécificité des enseignements technologiques et faire une orientation éclairée vers la filière STI2D ?

Une partie du public qui alimente cette dernière sort éreinté de son passage au collège et légitimement ne souhaitera pas alourdir son année de seconde. Mais est-ce leur rendre service de rendre facultatives des options si nécessaire à la compréhension des technologies qui font leur quotidien ?

  • la question cruciale des dédoublements reste entière  :

En effet, les 14 h « mises à disposition » sont une « marge » qui pourrait servir à d’autres utilisations et elles risquent d’être fort nombreuses : AP non financées, enseignements optionnels…

Dans la réalité, si rien ne change, les cours risquent fort de se dérouler en majeure partie voire en totalité en classe entière avec effectifs chargés. Et les laboratoires seront inévitablement délaissés, car leur capacité d’accueil est restreinte à des groupes.

Et nul ne peut imaginer une classe entière, obligatoirement laissée seule face aux systèmes techniques, par un enseignant débordé par les multiples sollicitations et problèmes techniques à résoudre.

  • Les disciplines :
  • Amoindrissement disciplinaire : en première, les spécialités ne sont pas affichées
  • L’enseignement transversal devient Innovation Technologique ? et les enseignements de spécialités Ingénierie et Développement Durable ? ou bien l’inverse ?
  • Les spécialités apparaissent en terminale, nécessairement en forte diminution car les nouveaux enseignements technologiques de première sont fusionnés en Ingénierie, Innovation et Développement Durable.

Comment ne pas voir se profiler des enseignements plus théoriques que pratiques dans cette nouvelle version, source de frustration, de gavage de connaissances abstraites, réduisant drastiquement les bienfaits reconnus de la pédagogie spécifique de la filière technologique ? Alors qu’il est reconnu que la filière STI2D nécessite des apprentissages par « le faire » plutôt que par une confrontation abrupte aux abstractions.

Qu’est-il fait de la progressivité des enseignements de spécialité, de l’efficacité des enseignements curriculaires si les spécialités n’apparaissent qu’en terminale, de surcroit réduite à une portion congrue ? Les élèves devront s’atteler à la réalisation de projet à partir de connaissances pointues apportées en juste à temps. S’ils ne possèdent pas le don d’ubiquité nécessaire, il est à craindre qu’ils devront suivre un parcours soigneusement balisé par un enseignant, dont les effets seront inverses à ceux recherchés : une autonomie devenue fictive et une créativité contrainte !!!

La formation préparant à un niveau 4 doit rester une formation progressive reposant sur une approche technologique afin de permettre aux élèves d’accéder à la conceptualisation demandée dans la poursuite d’études. Même s’il est indispensable à cette démarche technologique, le numérique ne peut servir de prétexte à une pseudo caution technologique. Ce sont les champs technologiques qui doivent servir de point d’ancrage aux apprentissages dans le cadre des enseignements spécifiques car ils sont légitimés par les techniques qui les identifient.

  • Enseignements spécifiques :
    Les entreprises ont besoin de techniciens opérationnels, avec des connaissances spécifiques très bien identifiées, et valorisées dans la voie technologique. C’est la voie de la réussite pour de nombreux élèves parfois exclus par manque de place de la voie professionnelle. Grâce à sa pédagogie particulière, fondée sur des domaines techniques riches, les enseignements technologiques remotivent les élèves. Leurs résultats progressent par rapport à ceux obtenus en collège. Ils se dirigent alors de nouveau en confiance vers les BTS et les IUT et se spécialisent en licence professionnelle ou dans des formations d’ingénieurs. Ces parcours sont la plus-value incontestable des filières technologiques
  • Les services

La perte de 2h de spécialité en terminale et des heures dédoublées en première et terminale (soit 8h possibles) peuvent entraîner des réductions de service de 2h jusqu’à 10h par division.

Est-il vraiment nécessaire de purger encore (après la réforme STI) l’enseignement secondaire des collègues qui enseignent dans les séries technologiques à l’heure où la France doit se renforcer dans les filières technologiques et industrielles pour affronter les défis environnementaux et digitaux ?

Les nouvelles disciplines « Innovation Technologique » et « Ingénierie et Développement Durable » vont impacter la répartition des services et renforcer la polyvalence :

  • Soit c’est le même professeur qui prend en charge les différents « champs disciplinaires » propres à ces « disciplines », et cela demandera une forte dose de polyvalence sans compter le bloc horaire que cela mobiliserait dans la répartition des services.
  • Soit plusieurs professeurs se les partagent, et dans ce cas, quid de la concertation nécessaire et des moyens à donner à ce travail d’équipe indispensable ?