STMG

Horaire STMG et analyses

Document SNES /Comparatif horaire STMG/ DGESCO projet Blanquer et analyses

Classe de première :

{{}} Classe de première STMG Projet DGESCO  différentiel
Disciplines générales
Français 3h 3h -
Mathématiques 3h 3h
LV1 et LV2 (LVA et LVB) + ETLV* 4h30 4h (dont 1h ETLV)
Histoire-géographie 2h 1h30
EPS 2h 2h
EMC 0h30 0h30
Total heures élèves « général » 15h 14h Moins 1h
Disciplines technologiques
Sciences de gestion et numérique 6h 7h +1h
Management des organisations 2h30 4h +1h30
Economie-droit (droit et économie) 4h 4h idem
Total heures « techno » 12h30 15h + 2h30
Total hors AP 27h30 29h + 1h30
Enveloppe horaire « laissée à disposition » 7h 8h **

* Enseignement technologique en LVA

**Nous n’avons aucune assurance que ces heures servent exclusivement à des dédoublements. Elles « pourraient » financer d’autres objets comme l’AP ou les options, ce que le SNES conteste bien évidemment en demandant des financements spécifiques.

Classe de terminale :

{{}} TERMINALE STMG Projet DGESCO différentiel
Enseignements généraux
Philosophie 2h 2h
Mathématiques 2h 3h
LV1 et LV2 (LVA et LVB) + ETLV* 5h 4h (dont 1h d’ETLV)
Histoire-géographie 2h 1h30
EPS 2h 2h
EMC 0h30 0h30
Total « général » 13h30 13h Moins 0,30h
Enseignements « technologiques »
1 enseignement spécifique au choix parmi : gestion et finance, mercatique, ressources humaines et communication, systèmes d’information de gestion 6h
Management des organisations 3h
Management, Sciences de gestion et numérique avec 1 enseignement spécifique parmi : gestion et finance, mercatique, ressources humaines et communication**, systèmes d’information et de gestion. 10h + 1h
Economie-droit Droit et économie 4h 6h + 2h
Total « techno » 13h 16h + 3h
Total hors AP 26h30 29h + 2h30
Enveloppe « laissée à disposition » 7h 8h***

* Enseignement technologique en LVA

** La réintégration de cet enseignement spécifique dans le projet CSL a été obtenue après nos interventions en CSL

*** Nous n’avons aucune assurance que ces heures servent exclusivement à des dédoublements. Elles « pourraient » financer d’autres objets comme l’AP ou les options, ce que le SNES conteste bien évidemment en demandant des financements spécifiques.

Analyses du SNES :

Le Volume horaire est en augmentation globalement sur le cycle terminal. La part du volume horaire du bloc technologique devient légèrement supérieure à celle du bloc général.

Cependant de nombreux points de blocages demeurent :

  • Disparition de PFEG en seconde et intégration de SES dans le tronc commun  :
    C’est une négation des spécificités propres à l’économie-gestion et aux SES.

Le fait que les SES entrent dans les enseignements communs ne peut donc résoudre le problème d’une orientation éclairée vers STMG.

Le SNES a demandé la réintégration de PFEG en seconde, ce qui semble avoir été obtenu

  • la question cruciale des dédoublements reste entière  :

En effet, les heures « mises à disposition » sont une « marge » qui pourraient servir à d’autres utilisations et elles risquent d’être fort nombreuses : AP non financées, enseignements optionnels…

Dans la réalité, si rien ne change, les cours risquent fort de se dérouler en majeure partie voire en totalité en classe entière avec effectifs chargés.

  • Le volume horaire technologique reste inférieur aux autres séries technologiques STI2D, STD2A, STL et STHR (moins 3h en terminale)
  • Les disciplines :
  • Déstructuration disciplinaire : en terminale, management et sciences de gestion sont une « même discipline » d’enseignement auquel on ajoute le terme « numérique »
  • Droit-économie devient économie et droit
  • Management des organisations devient « management »

Cela laisse présager des orientations programme avec un horizon limité pour les élèves. L’ouverture à l’étude des organisations et non pas à la seule entreprise doit être maintenue.

Avec la nouvelle discipline « management, sciences de gestion et numérique, les apprentissages proprement technologiques risquent de devenir du saupoudrage et non les fondations des apprentissages. Cet enseignement risque de devenir un « pré-enseignement universitaire » tel que pratiqué dans le supérieur au niveau des sciences de gestion et ne pas être adapté à de nombreux élèves en STMG.

La formation préparant à un niveau 4 doit rester une formation progressive reposant sur une approche technologique afin de permettre aux élèves d’accéder à la conceptualisation demandée dans la poursuite d’études. Même s’il est indispensable à cette démarche technologique, le numérique ne peut servir de prétexte à une pseudo caution technologique. Ce sont les champs technologiques qui doivent servir de point d’ancrage aux apprentissages dans le cadre des enseignements spécifiques car ils sont légitimés par les techniques qui les identifient.

  • Enseignements spécifiques :
    Le SNES a réussi à faire réintroduire l’enseignement spécifique « ressources humaines et communication » qui avait disparu dans le projet des grilles horaires présenté à la commission spécialisée lycée (CSL) .Les arguments avancés par le SNES ont été les suivants : Les candidats se présentant au bac avec cette spécialité représentent presque 1/3 des candidats STMG et arrivent en 2ème position derrière mercatique. La supprimer aurait eu des incidences fort préjudiciables en terme de flux et de nombre de bacheliers avec répercussions sur la voie technologique.

De plus cette spécialité alimente de nombreux BTS et des DUT et correspond à des besoins professionnels au niveau des organisations

  • Les services
    La nouvelle discipline « management, sciences de gestion et numérique » va impacter la répartition des services et renforcer la polyvalence :
  • Soit c’est le même professeur qui prend en charge les différents « champs disciplinaires » propres à cette « discipline », et cela demandera une forte dose de polyvalence sans compter le bloc horaire que cela mobiliserait dans la répartition des services.
  • Soit plusieurs professeurs se les partagent, et dans ce cas, quid de la concertation nécessaire et des moyens à donner à ce travail d’équipe indispensable ?