Actualité théâtrale

Jusqu’au 23 octobre au théâtre de L’Épée de Bois

« Hugo, de père en filles »

Victor Hugo avait deux filles. Léopoldine, l’aînée, « sa plume et sa lectrice », pour laquelle il écrira Les contemplations, meurt noyée avec son mari à 19 ans. Adèle, de six ans sa cadette, sera internée après le retour d’exil de Victor Hugo et le restera jusqu’à sa mort à 85 ans. S’inspirant de la biographie d’Hugo, de ses poèmes et de ses très nombreuses lettres, Filip Forgeau fait revivre ces deux femmes au destin tragique.
culture/théâtre Dans une ambiance crépusculaire, elles errent comme des ombres, du grenier, où elles se cachent jouant à se faire peur, à la salle à manger où l’immensité de la table ne fait pas obstacle à leur amour. Elles parlent de leurs jeux, Adèle évoque l’amour de son père pour Léopoldine, qui séduisait tout le monde et qu’elle compare à un cygne, et se demande ce qui restait pour elle, « la colombe sombre et mélancolique ». De Hauteville House, la grande maison blanche de l’exil près de la mer, on ne verra rien, seulement le fantôme des deux jeunes filles qui y vécurent. On entend les bruits de la maison, le tic-tac de la pendule, le vent, le bruit des ailes des oiseaux et des vagues, « des mélopées étranges et envoûtantes, des coups frappés parfois », ces bruits nocturnes auxquels Victor Hugo était si sensible. Adèle vêtue de blanc et Léopoldine de noir, évoluent dans un monde lyrique, tragique et mystique où l’on invoque les esprits des morts. Dans ce monde sombre et romantique, à l’image des dessins fantastiques d’Hugo, le réel se faufile parfois avec les secrets et les rires échangés, mais il reste à l’état d’évocation subtile dans cette élégie délicate. Soizic Gourvil incarne une Adèle qui passe de l’exaltation à la mélancolie, de la tendresse à la jalousie puis à la folie. L’élégante silhouette noire de Laurianne Baudouin évoque tous les espoirs anéantis par la mort. Derrière leurs échanges, c’est Victor Hugo que l’on ne cesse d’imaginer et, dans le silence final, c’est la voix de Daniel Mesguich qui nous emporte dans l’émotion, tandis qu’il dit le poème écrit après la mort de Léopoldine, "Demain dès l’aube à l’heure où blanchit la campagne".

Micheline Rousselet

Du mardi au vendredi à 20h30, le samedi à 16h et 20h30, le dimanche à 16h

L’Épée de Bois
La Cartoucherie, Route du Champ-de-Manœuvre
75012 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 08 39 74

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)