Actualité théâtrale

La Commune Centre dramatique national d’Aubervilliers, jusqu’au 16 octobre 2014, puis en tournée

"Hypérion" d’après le roman de Friedrich Hölderlin Mise en scène Marie-José Malis.

Friedrich Hölderlin écrit " Hypérion" en 1795 au soir de la révolution française.

Hypérion voit son pays, la Grèce, devenu dépendant et servile.

Comment face à l’échec de la révolution redonner à la jeunesse la force d’agir sur son destin ?

Mais toutes les tentatives d’Hypérion échouent.

Cependant, ce qui s’est passé a laissé des traces, fait germer quelque chose qu’on croyait impossible, et cette mince lueur est la preuve que dès lors, tout est à jamais possible.

On comprend que Marie-José Malis ait voulu adapter le roman d’Hölderlin pour la scène.

Pour la beauté du texte, pour sa force poétique et politique mais certainement aussi pour ses résonnances avec l’histoire contemporaine et plus précisément, celle des Printemps arabes.

Après avoir monté Pasolini, Kleist, Pirandello elle revient avec " Hypérion" à ce théâtre de la pensée qu’elle revendique.

La pièce met en scène un jeune grec durant l’occupation de la Grèce par les Turcs au XVIIème siècle. Ce jeune homme voit son pays soumis et il se demande comment redonner à son peuple la capacité d’agir sur son destin.

L’adaptation de Marie-José Malis et Judith Balso reprend ce que le roman constate de l’impossibilité, face aux obstacles actuels, d’accéder à la politique qui conviendrait pour modifier les données d’apparence irréversible.

Mais Hypérion n’est pas un roman de l’échec de la révolution et s’il fait une large place à la jeunesse, ce n’est pas pour la plaindre ou la dramatiser mais pour la remettre au centre du monde.

La scénographie de " Hypérion " est simple. C’est une place typique d’un village méditerranéen, aujourd’hui. Un petit café avec sa terrasse et sa treille devant une chaussée à demi-faite, la façade d’un bâtiment public, mairie ou maison de l’emploi, un garage Peugeot rideau baissé, sont les éléments réalistes du décor.

L’adaptation ne donne pas un récit au sens classique. Les personnages ne sont pas incarnés de manière traditionnelle et le spectacle sur le plateau est une figure chorale où tous les acteurs sont Hypérion, des Hypérion vieux, jeunes, masculins, féminins.

Seule, la figure de Diotima, la jeune femme qu’il aime se distinguera de ce chœur.

Théâtre : Hypérion

Marie-José Malis propose une mise en scène austère, parfois un peu lancinante mais qui prend au fur et mesure qu’on avance, une ampleur jusqu’à atteindre une belle dimension poétique et politique.

Ce qui se produit sur le plateau est mystérieux et magique. Le spectacle a-t-il fini par apprivoiser le spectateur ou bien le spectateur s’est-il laissé couler dans le mouvement, porté par un fond sonore qui envoûte, par la fluidité des déplacements, l’accès à la simplicité d’un récit d’apparence compliquée ?

La direction d’acteurs est magistrale.

Mais l’accueil réservé à Avignon à la mise en scène de Marie-José Malis a laissé des traces. Sont-ce les critiques qui se sont acharnées sur le spectacle, sa durée (deux fois 1h 50) qui effraie, est-ce Hölderlin qui fait peur ? Toujours est-il que la salle n’est pas pleine et que, très vite, on sent le public se scinder en deux camps : ceux qui ont entendu les mises en garde avignonnaises et ceux qui sont prêts à défendre le spectacle et à l’applaudir à tout rompre.

Marie-José Malis a-t-elle manqué avec sa mise en scène d’ "Hy périon " ce premier rendez-vous avec le public d’Aubervilliers ?

Ce serait pure injustice mais laissons le temps au temps et se révéler, le moment venu, la reconnaissance d’un grand talent.

Francis Dubois

En tournée :

Les 6 et 7 novembre Théâtre du Mans

Du 2 au 6 décembre Comédie de Genève

Les 15 et 16 décembre Théâtre de l’Archipel Scène nationale de Perpignan.

Du 10 au 21 janvier 2015 Théâtre National de Strasbourg

Du 27 au 31 janvier Théâtre Dijon-Bourgogne.

La Commune Centre dramatique national Aubervilliers – 2 rue Edouard Poisson 93 300 Aubervilliers.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 33 16 16

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Rabelais »
    En 1968 Jean-Louis Barrault était prêt à monter à l’Odéon, théâtre qu’il dirigeait, un spectacle sur Rabelais, qui ne s’en tenait pas qu’à Gargantua et Pantagruel mais puisait aussi dans le Tiers, le... Lire la suite (12 décembre)
  • « Jusqu’ici tout va bien »
    Tout le monde a le souvenir d’un de ces repas de Noël où tout part en vrille. À la faveur de ce repas, souvent fort long et bien arrosé censé montrer l’amour que l’on porte à sa famille, il arrive que... Lire la suite (12 décembre)
  • « J’ai des doutes »
    François Morel a eu envie d’aller au paradis rendre visite à Raymond Devos. Cela commence par la petite musique de la chanson Le clown est mort et sur un grand coup de tonnerre Dieu-François Morel... Lire la suite (10 décembre)
  • « Europa (esperanza) »
    Sur une plage d’Alger deux jeunes, Nader et Djamel, 14 ans et 12 ans et demi discutent. Ils voient juste en face « l’Europe lascive Babylone ». De cette Europe ils n’ont qu’une miette, un portable, «... Lire la suite (9 décembre)
  • Des reprises
    La fin de l’homme rouge Reprise à L’Atalante, 10 place Charles Dullin, 75018 Paris du 3 janvier au 3 février Réservations 01 46 06 11 90 Deux parties : Le temps du désenchantement et Dix... Lire la suite (5 décembre)