Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jeffrey Schwarz (USA)

"I am Divine " Sortie en salles le 26 mars 2014.

Enfant, Harris Glenn Milstead était attiré par tout ce qui était féminin et pour ces raisons, il sera à l’école le souffre-douleur de ses camarades. Il devint un garçon solitaire qui se réfugiait dans des rêveries.

A dix-sept ans, sa rencontre avec John Waters va le révéler à lui-même et bouleverser sa vie.

"I am Divine" retrace le parcours de Harris Glenn Milstead, alias Divine, ce jeune homme rondouillard de Baltimore qui deviendra Drag-Queen de renommée internationale, faisant fi de toutes les idées toutes faites sur les critères de beauté et les convenances en matière d’apparence physique.

Devenu égérie underground, il sera contraint avec les retombées de la célébrité, de brouiller les frontières entre son personnage et lui-même.

En révolutionnant la culture pop, il a ouvert la voie aux légions de marginaux à venir…

Mais Harris Glenn Milstead rêvait d’une carrière au cinéma dans des rôles masculins et d’une reconnaissance en tant que comédien.

Le film de Jeffrey Schwarz retrace l’itinéraire de celui qui fut reconnu comme drag-queen, depuis son enfance empreinte de féminité jusqu’à une reconnaissance internationale en tant que star. Parmi les titres de sa filmographie singulière, honorable dans le genre, mais qui n’exploitait que sa beauté hors des normes et son embonpoint moulé dans des robes à paillettes, on note quelques succès publics.

Ce seront : "Mondo Trasho" en 1969, "Multiple Maniacs" en 1970 (où Divine joue le rôle d’un assassin pris de fièvre criminelle qui se fait violer par un homard géant !), "Pink flamingos" en 1972 qui le propulse comme phénomène underground, "Female trouble" où il joue la démente Dawn Davenport, personnage inspiré de son propre passé.

Ses apparitions dans "Women behind bars" et "The neon woman" lui ouvrent une carrière sur les planches en dehors des films de John Waters.

Devenu une diva du disco, Divine s’engage dans un tourbillon mondial des boites de nuit.

"Polyester" en 1981 lui donne comme partenaire Tab Hunter, l’idole de sa jeunesse. Ils tourneront ensemble "Lust in the dust " en 1985, une parodie des westerns spaghettis.

"Hairspray" qui recevra des critiques dithyrambiques de la presse, lui apporte les éloges dont il a toujours rêvé.

Mais à la veille du tournage de "Married with children", Harris Glenn Milstead meurt dans son sommeil, foudroyé par une crise cardiaque.

Le documentaire de Jeffrey Schwarz fait un portrait aussi réjouissant que pathétique de cet homme qui fut pris au piège d’un personnage dont il retira beaucoup de satisfactions certes, qui lui valut la célébrité, mais dont il souffrit au bout d’un certain temps avec le regret récurrent de se voir refuser, au nom de cette notoriété, d’accéder au rang de comédien destiné à des rôles de personnages masculins lambda.

On entraperçoit, derrière le tourbillon des succès, derrière le corps difforme, le visage grimé, les perruques excentriques, une humeur toujours éclatante, une sorte de nostalgie et ces mouvements d’émotion laissent apparaître les signes fugaces d’une grande fragilité.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lillian »
    Échouée à New-York, Lillian, une ressortissante russe, décide de rentrer à pied dans son pays d’origine. Seule et déterminée, elle entame un très long voyage à travers l’Amérique profonde pour tenter... Lire la suite (11 décembre)
  • « Le choix d’Ali »
    Ali vit à Paris. Il partage la vie d’Eric depuis deux ans. Un soir, alors qu’il se trouve avec son ami dans une boîte gay, il reçoit un coup de fil de Besançon qui lui apprend que sa mère vient d’être... Lire la suite (10 décembre)
  • « Pahokee, une jeunesse américaine »
    A Pahokee, petite ville située dans le sud de la Floride, le lycée est au centre de toutes les attentions et de la part de toutes les communautés à cause de son équipe de football américain, de ses... Lire la suite (10 décembre)
  • « Jeune Juliette »
    Juliette a quatorze ans. Elle vit à la campagne avec son frère aîné et son père depuis que sa mère a quitté la famille, officiellement pour asseoir sa carrière professionnelle aux États-Unis, mais plus... Lire la suite (9 décembre)
  • « La vie invisible d’Euridice Gusmao »
    Rio de Janeiro 1950, Euridice dix huit ans et Guida vingt ans, sont deux sœurs complices, très liées l’une à l’autre. Elles vivent chez leurs parents et rêvent, l’une d’une carrière de pianiste et... Lire la suite (8 décembre)