Droit à l’avortement

IVG : délai rallongé

Alors que les politiques d’austérité et les lois successives contre l’hôpital ont entraîné la fermeture de centres IVG et compliqué l’accès à l’avortement, la crise actuelle aggrave encore la situation.
Plusieurs établissements hospitaliers et centres de planification n’assurent plus leurs missions dans ce domaine pour donner la priorité aux malades du Covid-19 et par manque de matériel ; cela met les femmes en difficulté pour respecter le délai de douze semaines pour une IVG. Un amendement visant à allonger ce délai légal de deux semaines pendant le confinement a été rejeté par le Sénat.

Une pétition (https://bit.ly/34svcyG) a été lancée par le collectif féministe « Avortement, les femmes décident » dont la FSU est partie prenante.
Grâce à cette mobilisation, depuis, le délai pour une IVG médicamenteuse a été rallongé. Le SNES-FSU demande la pérennisation de l’allongement de ce délai.

Autres articles de la rubrique Droit à l’avortement

  • Alabama : État de la honte
    Dans plusieurs États américains, les droits des femmes ont subi dernièrement un terrible retour en arrière. À l’État d’Alabama, revient désormais le triste honneur de disposer de la législation la plus... Lire la suite (Juin 2019)
  • France : l’IVG prise en otage
    Le principal syndicat des gynécologues menace de faire la grève des IVG s’il n’est pas reçu par la ministre de la Santé sur une revendication concernant une assurance. Une énième provocation et un... Lire la suite (Avril 2019)
  • Avortement : vote irlandais historique
    Cette victoire vient couronner une campagne déterminée des mouvements féministes irlandais. L’Irlande a voté à 66,4 % la libéralisation de l’avortement. Une grande victoire pour les droits des femmes.... Lire la suite (Juin 2018)