Actualité théâtrale

Jusqu’au 13 mai au Lucernaire

« Ici, il n’y a pas de pourquoi » Réduc’Snes

Un homme est arrêté, transporté comme du bétail et incarcéré dans un camp. Mis à nu, tondu, tatoué, on lui enlève tout, même son nom, il n’est plus qu’un numéro qui ne porte la trace que de la date de son transfert et du numéro du convoi qui l’a amené au camp. Désormais, son seul objectif consiste à survivre, jusqu’au printemps tout au moins. Il ne pourra surmonter la faim, la soif, le froid, le travail forcé, les coups, les appels épuisants sous la morsure du gel qu’en assimilant les codes, aussi obscurs que barbares, du camp. « Ici, il n’y a pas de pourquoi, la raison d’être d’un camp, c’est la démolition de l’homme ».

Théâtre : Ici, il n'y a pas de pourquoi

Primo Levi, aidé par Pieralberto Marché, avait tiré une adaptation théâtrale de son chef-d’œuvre Si c’est un homme . Tony Harrisson et Cecilia Mazur en ont gommé les éléments qui le situaient complètement dans les camps d’extermination nazie. Ce faisant, ils lui ont donné une dimension universelle de dénonciation des horreurs que des hommes peuvent imposer à d’autres hommes dans le cadre d’une guerre. On entend la souffrance des victimes, leur lutte pour survivre, pour résister à la déshumanisation qu’on leur impose, pour garder une identité, pour conserver des souvenirs. Face à la brutalité bestiale qui les entoure, des gestes de fraternité émergent parfois, qui leur permettent de ne pas oublier qu’ils sont des hommes.

Tony Harrisson a mis en scène et interprète le texte de Primo Levi. Sa silhouette massive se dessine dans l’espace nu et sombre de la scène. Peu à peu apparaissent des espaces cernés de pieux de bois qui l’enferment comme les grilles d’une prison ou d’un camp. Au centre de la scène est placé un tabouret où se découpe un cercle lumineux, symbole d’un espoir de sortie de cet univers aux règles aussi obscures que cruelles. L’acteur, qui a joué dans des mises en scènes de Peter Brook ( Le costume ), d’Irina Brook et de Philippe Adrien, porte le texte. Courbé par la fatigue et le désespoir, il se redresse aux rares moments d’espoir, s’agite pour trouver une place sur sa couchette partagée avec un plus grand et plus massif que lui, raconte le travail, les coups, les appels, l’infirmerie. La musique joue un grand rôle dans le spectacle. Le son métallique et froid du hand pan, magnifiquement joué par Guitòti, crée l’univers sonore du camp, le train, le vent, la cloche du réveil, le bombardement. Elle accompagne les paroles de l’acteur et par sa rythmique, elle nous imprègne de l’atmosphère tragique du récit tout comme des percées d’espoir. On en sort bouleversé.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)