Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pawel Pawlikowski (Pologne)

"Ida" Sortie en salle le 12 février 2014

A la mort de ses parents, Ida, alors petite fille, a été recueillie dans un orphelinat tenu par des religieuses. Elle a grandi entre les seuls murs de l’établissement.

Au moment de prendre le voile et de prononcer ses vœux, la mère supérieure du couvent lui demande de rencontrer sa tante, le seul membre de la famille resté vivant.

Ida fait le voyage et se retrouve face à une femme encore belle, encline à tous les plaisirs de la vie et qui joua, en tant que procureur de justice, un rôle important dans le renouveau de son pays.

Ida apprend de la bouche de sa tante Wanda qu’elle est juive et que ses parents, qui ont été exécutés, ont sans doute été enterrés dans une région proche.

Elle décide de retrouver des témoins qui la renseigneront sur les conditions de leur exécution et sur l’endroit où les corps ont été ensevelis.

Wanda, contre toute attente, décide d’accompagner Ida et de l’aider dans ses recherches.

La jeune fille comprendra que le comportement désordonné de sa tante cache une terrible blessure.

Pawel Pawlikowski, résident britannique, réalise avec "Ida" son premier film tourné en Pologne.

"Ida" est un film à l’ancienne, lent et en apparence serein qui traite d’identité, de religion et de l’ombre du passé dans la Pologne du début des années 1960.

Il a été tourné en noir et blanc, dans le format 4-3, ce qui traduit l’époque du récit, un temps encore empreint du souvenir ambigu de la guerre.

Dans un premier temps, celui qui relate l’enquête, Pawlikowski explore les rapports entre les deux héroïnes si différentes en apparence, mais qui portent chacune, au fond d’elle-même, ses propres démons.

Pendant qu’Ida vit une crise d’identité - est-elle catholique ou juive ? - et découvre d’horribles réalités, Wanda qui noyait les souvenirs dans l’alcool, la cigarette et le plaisir charnel, est contrainte d’y revenir.

On pourra reprocher au film de céder, dans sa deuxième partie, au mélodrame et à la prévisibilité avec le choix final de Wanda et la rencontre d’Ida avec le jeune musicien. Un choix narratif sans doute volontaire et que Pawlikowski assume totalement.

La réussite du film tient à l’interprétation magistrale de la jeune comédienne (débutante) Agata Trzebuchowska, toute en délicatesse, en grâce et en force retenue.

Elle est tout autant dans la qualité de la photographie. Le noir et blanc et les gris qui en découlent sont magnifiques et chaque plan est composé minutieusement, à grands renforts d’angles et de cadrages très "étudiés" qui abondent dans le sens de ce cinéma à l’ancienne et qui, le talent de la réalisation aidant, trouve toute sa place sur les écrans d’aujourd’hui.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)