Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pupi Avati (Italie)

"Il cuore grande delle ragazze" Sortie en salles le 2 mai 2012

Les Vigetti sont une famille de paysans qui compte trois enfants, le petit Edo, Sultana et Carlino, un jeune homme très recherché par les filles des environs.

Les Osti, riches propriétaires terriens qui vivent dans une maison de maître, comptent eux, trois filles à marier, dont deux d’entre elles, sur la pente d’un célibat durable, paraissent incasables. Et la belle Francesca.

Un arrangement est décidé entre les deux familles. Il permettrait aux Vigetti d’obtenir un bail de dix ans pour gérer la propriété des Osti à la condition que Carlino accepte d’épouser une des deux laideronnes.

Celui-ci, à contre cœur, finit par accepter de les rencontrer régulièrement afin de les départager et de choisir celle qui deviendra sa fiancée.

Le marché est sur le point d’être conclu quand survient Francesca, tout juste sortie d’un pensionnat de bonnes sœurs.

Les deux jeunes gens tombent amoureux l’un de l’autre, mettant à bas la stratégie des deux familles.

Même si le film de Pupi Avati renoue, par son sujet et par son traitement, avec une certaine tradition du cinéma italien, il ne passe pas la barre d’un gentil divertissement sur fond de mariage arrangé, d’intérêt au désavantage de l’amour, de différends entre deux familles d’origines sociales différentes, de querelles hautes en couleurs et d’un dénouement attendu.

Les personnages sont sans nuance. Carlino est un peu balourd, irrésistible séducteur à son insu. Les deux filles à marier sont enlaidies à souhait et les deux pères, le pauvre et le riche, ne font pas exception à la tradition des maris et pères bourrus au bon cœur.

Le personnage intéressant du récit est celui de Francesca. Elle est censée sortir tout juste d’un pensionnat religieux (nous sommes dans les années 30) et l’on voit débarquer, de retour chez elle, une jeune fille blonde platine, d’apparence délurée, avec, dans le regard et dans les attitudes, une pointe de vulgarité.

Pupi Avati a-t-il voulu une telle Francesca ? Ou bien, au lieu de l’image de l’innocence, s’est imposée une comédienne plutôt pulpeuse, utilisée à contre-emploi, entraînant le personnage dans cette légère dérive.

Le résultat est déconcertant et c’est le décalage entre la jeune fille pure et innocente et la comédienne qui pourrait se destiner aux emplois de vamp qui intrigue et peut passer pour un atout narratif…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Menina »
    Luisa est une fillette d’une douzaine d’années née en France de parents portugais et qui a du mal à trouver son identité. Elle est d’une étonnante maturité. Elle porte un regard incisif sur le monde... Lire la suite (17 décembre)
  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)