La défense des droits humains

Il est encore temps : Les tests osseux doivent être interdit !

Alors que la campagne pour l’interdiction des tests osseux pour évalué l’age des jeunes MIE dont la validité est fortement remise en cause par la communauté scientifique se poursuit, le gouvernement a fait adopter un amendement de Laurence Rossignol à la loi « Protection de l’enfance » pour les rendre légaux.
Cette loi revient en seconde lecture au parlement le 19 novembre. Il faut s’adresser aux députés, et tout faire pour que cet amendement ne soit adopter.

Autres articles de la rubrique La défense des droits humains

  • Violences conjugales : retards coupables
    La « grande cause nationale » tarde à trouver des mesures concrètes. Les chiffres sont consternants : 146 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en 2019. Elles ne seront... Lire la suite (31 août)
  • Pauvreté : situation alarmante à travers le monde
    La pandémie a entraîné une crise socio-économique sans précédent. L’augmentation significative du nombre de nouveaux pauvres en quelques semaines est un signe de la gravité de la crise sociale à venir.... Lire la suite (7 juillet)
  • Mobilisation E3C : surveiller et punir
    Seule réponse du ministère aux mobilisations contre les E3C : la répression. Pendant des semaines, les personnels se sont largement mobilisés contre les E3C rejetées dans la majorité des lycées. Le... Lire la suite (22 juin)
  • Soutien à François Sauterey
    François Sauterey, militant historique du SNES-FSU, dont l’engagement sans faille pour défendre les droits humains et les libertés est unanimement reconnu, a été verbalisé le 1er mai à Paris pour... Lire la suite (21 juin)
  • COVID-19 : vigilance à tous les étages
    Le gouvernement souhaite développer une application qui utilisera le traçage et la géolocalisation pour repérer les malades du Covid-19. Une démarche qui ne va pas sans poser de questions, éthiques et... Lire la suite (4 mai)