La défense des droits humains

Il est encore temps : Les tests osseux doivent être interdit !

Alors que la campagne pour l’interdiction des tests osseux pour évalué l’age des jeunes MIE dont la validité est fortement remise en cause par la communauté scientifique se poursuit, le gouvernement a fait adopter un amendement de Laurence Rossignol à la loi « Protection de l’enfance » pour les rendre légaux.
Cette loi revient en seconde lecture au parlement le 19 novembre. Il faut s’adresser aux députés, et tout faire pour que cet amendement ne soit adopter.

Autres articles de la rubrique La défense des droits humains

  • Alabama : État de la honte
    Dans plusieurs États américains, les droits des femmes ont subi dernièrement un terrible retour en arrière. À l’État d’Alabama, revient désormais le triste honneur de disposer de la législation la plus... Lire la suite (17 juin)
  • Aide aux migrants : indignation : grève des associations
    Elles sont une vingtaine d’associations à dénoncer une situation dramatique notamment dans le Nord-Est de Paris où les personnes vivent dans des « conditions sanitaires déplorables, privées d’accès à... Lire la suite (22 mai)
  • Violences policières : mais que fait la justice ?
    Cafouillages et conflits d’intérêts, l’affaire Legay ne cesse de rebondir. Le 16 mars, Geneviève Legay, militante d’ATTAC bien connue à Nice, a été gravement blessée lors d’une charge de CRS.... Lire la suite (9 mai)
  • Mettre la profession sous contrôle
    Réserve ? Notre ministre entend introduire dans le code de l’éducation, via l’article de la loi sur "l’École de la confiance" la notion d’exemplarité, qui renvoie, sans la nommer, à l’obligation de... Lire la suite (17 avril)
  • Enfance : dans les limbes
    La loi Schiappa sur la protection de l’enfance fait l’unanimité... contre elle. Fait rarissime dans un domaine où tous les acteurs œuvrent généralement dans un but commun, les associations dénoncent... Lire la suite (Septembre 2018)