Actualité théâtrale

Jusqu’au 2 décembre au Lucernaire

« Il y aura la jeunesse d’aimer »

Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de Villeneuve dans les Yvelines où les deux écrivains vécurent et reposent côte à côte, pour choisir dans leurs écrits les textes de ce spectacle. Il en fait un montage adroit où les poèmes des Yeux d’Elsa et du Fou d’Elsa alternent avec le roman Aurélien, le texte érotique du Con d’Irène avec la nouvelle burlesque Les voisins tirée de Servitude et grandeur des Français . Le lyrisme des poèmes amoureux d’Aragon, les extraits des Carnets enterrés sous un pêcher et des lettres d’Elsa laissent des interstices où s’infiltre l’époque avec l’occupation et la Résistance.

Théâtre : Il y aura la jeunesse d'aimer

Ariane Ascaride chaussée d’escarpins, en robe noire juste éclairée par l’éclat d’un bijou, et Didier Bezace en costume sombre, sont assis côte à côte sur de hauts tabourets devant un pupitre et un micro. Leurs voix se répondent et murmurent l’amour, mais aussi les contradictions du couple et la peur de se perdre. Lui, le fou d’Elsa chante ses yeux (« tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire »), et elle dit « Je voudrais écrire pour plaire à un homme » et s’inquiète de son amour « Qu’est ce qu’il pense ? Il faudrait que je lui demande et on se mettra aussitôt à mentir ». Elle allie la cruauté à l’amour en disant « Je ne veux pas te mentir, je ne t’attendrai pas. Je prendrai un amant. Si cela te déplaît, arrange-toi pour ne pas les laisser te prendre ».

Le dispositif est très sobre, juste animé par une bande son et le changement des couleurs de la lumière sur le mur du fond (Dyssia Loubatière). Il laisse toute la place à la musicalité des poèmes, à la force des textes que vient juste rompre une scène de perquisition pendant l’Occupation tout à fait burlesque, où les deux comédiens rompent brusquement avec le ton des poèmes et des lettres. Dans la petite salle du Lucernaire toutes les expressions des visages des acteurs sont perceptibles. Les yeux parlent quand ils se lèvent vers la salle, le sourire instaure complicité, amusement, admiration réciproque et les mains s’expriment elles aussi.

On déguste avec bonheur les mots de ces deux amoureux de la parole et l’émotion nous étreint quand leurs voix alternent pour dire « qu’il n’y a pas d’amour heureux ».

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 18h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)